Citation du jour

« As I recall, [Louis XVI] Bourbon, the king of France, banned demonstrations back in 1789. We know what happened next. The French people are not to be excluded from their own streets,

« Si je me rappelle bien, Louis XVI de Bourbon, roi de France, avait interdit les manifestations en 1789. Nous savons ce qu’il en a coûté après. Les français n’ont pas a être exclus de leurs propres rues »

George Galloway, Député britannique

Publicités

Gilets jaunes, Acte XIX : l’Armée mobilisée contre le mouvement de contestation populaire

Le gouvernement français mobilise les forces armées contre le mouvement de contestation populaire connu sous le nom des Gilets Jaunes en atténuant cette mesure par des techniques de communication et des euphémismes.

La mission « Sentinelle » est une opération militaire anti-terroriste de l’Armée française lancée en 2015 et regroupant l’équivalent de deux divisions. Parmi les effectifs de ces deux divisions, l’équivalent d’une brigade soit 3000 hommes, est en réserve mobilisable à tout moment.

L’objectif prioritaire de la mission « Sentinelle » est la lutte antiterroriste. Ce qui veut dire que le gouvernement français considère désormais de facto certains aspects corrollaires ou collatéraux du mouvement des Gilets Jaunes comme un phénomène terroriste.

Cela nous amène à considérer les thèses attribuant la casse violente et les pillages à des « agents » sous-traitants du pouvoir sous un oeil nouveau car les deux opérations relèvent d’une même stratégie mise en oeuvre afin de discréditer le mouvement et l’assimiler à un mouvement terroriste. Cela a déjà été pratiqué ailleurs.

La passivité relative des forces de maintien de l’ordre lors des violences et des pillages perpétrés lors de l’acte XVIII ainsi que la démission d’un responsable de la sécurité à Paris, préparaient ce type de scénario.