Stats

  • 6 245 803 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
30/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Afghanistan: l’offensive du printemps n’est pas l’offensive du Têt, mais…

 

Les attaques simultanées et coordonnées menées le 15 avril 2012 par des combattants du réseau Haqqani et des talibans contre plusieurs objectifs à Kaboul et plusieurs villes de province feraient partie des premières opérations ouvrant ce que le mouvement appelle la grande « offensive du printemps » mais l’Otan s’est déclaré satisfait de la riposte des services de sécurité afghans et réitéré que ces attaques ne remettraient pas en cause le calendrier de retrait des forces de l’ISAF et de l’OTan, prévu à la fin de l’année 2014.

Selon un porte-parole des Talibans, les attaques de dimanche ont visé à Kaboul le quartier général de l’ISAF, les ambassades des Etats-Unis d’Amérique, du Royaume Uni et d’Allemagne, le parlement afghan et des hôtels (Serena et Star). D’autres attaques ont été rapportées à Logar, Jalalabad et Paktia.

La guerre d'Afghanistan est la plus longue que les américains ont mené depuis 1945

La guerre d’Afghanistan est  le plus long  conflit dans lequel se sont engagés les États-Unis d’Amérique depuis 1945.  Ces derniers ont attaqué l’Afghanistan en octobre 2001 pour y renverser le régime des Talibans. Après presque onze années de guerre et malgré l’appui de l’Otan,  de l’ensemble de leurs alliés hors Otan et l’installation d’un gouvernement jugé non représentatif de toutes les ethnies, la situation en Afghanistan n’a cessé de se dégrader sur tous les plans (augmentation exponentielle de la production d’opium, détérioration de la sécurité régionale, survivance des Talibans, etc.), compromettant pour un temps toute chance d’un retrait honorable aux yeux des opinions publiques occidentales. Un black-out médiatique permit de faire oublier le conflit et envisager un retrait militaire que certains pays ont déjà bien entamé dans l’attente de fin 2014, date à laquelle le retrait serait complet. Du moins d’après les déclarations des principaux responsables des pays en guerre dans ce pays enclavé situé à la jonction de l’Asie centrale et du sous-continent indien et dont le territoire est ravagé sans discontinuité par la guerre depuis 1979.

Certains observateurs et des hommes politiques de pays voisins ont explicitement accusé les États-Unis d’Amérique d’être en Afghanistan pour des raisons d’hégémonie mondiale.

l’offensive saisonnière annoncé dimanche dernier, relativement limitée,  n’est pas sans réminiscences toutes proportions gardées  avec celle du Têt, déclenchée en 1968 par les forces du Vietnam du Nord et leurs alliés contre les forces armées américaines. Ce qui a fait dire à certains observateurs que cette campagne n’est pas encore l’offensive du Têt mais pourrait bien l’être la prochaine fois.

La situation en Afghanistan est un véritable cauchemar aussi bien pour les forces occupantes que pour les populations afghanes. D’autres acteurs se trouvent fort ennuyés par  le désastre  afghan, tels que les analystes du Pentagone et de Langley, mais pas autant que l’ISI, les renseignements pakistanais qui doivent jouer sur plus d’un tableau pour sauvegarder l’intégrité du Pakistan et ses intérêts géostratégiques.

%d blogueurs aiment cette page :