Stats

  • 6 230 466 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
25/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Israël obsédé par le cyber-espace

La reconnaissance anodine de Benjamin Netanyahu, Premier ministre d’Israël que son pays considère le cyber-espace comme un danger stratégique et que d’importants budgets et moyens ont été mis à disposition pour « la défense électronique » ne fait que confirmer un peu plus l’obssession israélienne vis-à-vis l’internet et les réseaux.

De son côté, le ministre israélien de la guerre a affirmé au cours d’une journée d’études sur la cyber-guerre à Tel-Aviv que son gouvernement se prépare à occuper les devants de la scène mondiale dans la guerre électronique.

Echaudés par la latitude offerte par le réseaux des réseaux à toutes sortes d’expressions, allant jusqu’à rendre inopérante la mainmise des lobbies pro-israéliens sur les grands médias, les israéliens ont entamé depuis les années 2000, un vaste programme de riposte incluant une présence accrue sur l’ensemble des plate-formes, plus particulièrement les sites de partage de vidéos en ligne, les sites de messagerie et de blogging et les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas tout. Les firmes israéliennes coopèrent avec des compagnies américaines et taiwanaise dans la mise au point de virus, malware, vers, chevaux de trois et autres pièges logiques en vue d’un usage offensif et militaire. Les cibles sont loin de se restreindre uniquement à la république islamique d’Iran, le Liban ou la Syrie mais s’étend à l’ensemble des pays arabes. Y compris ceux classé comme alliés.

Téhéran est régulièrement la cible depuis trois ans de virus informatique particulièrement complexes se propageant via des supports de mémoire amovibles et ciblant des logiciels industriels. Les installations nucléaires iraniennes ont ainsi subi d’importants préjudices après l’infection des ordinateurs de la centrale nucléaire de Boushehr et des installations de Natanz par un malware informatique dénommé « Stuxnet ». Un autre logiciel malveillant s’est récemment attaqué aux ordinateurs des industries pétrolières iraniennes. L’Iran a accusé nommément Israël et les Etats-Unis d’être derrière ces offensives électroniques.

D’autres vers (worms) assez sophistiqués et difficilement décelables se sont propagés dans l’ensemble des pays arabes dès le lendemain du discours du président américain Barack Obama au Caire, le 04 juin 2009, avant de connaître un pic pendant ce que l’on appelle le « Printemps arabe ». Le logiciel malveillant « Flame » est d’une redoutable efficacité et peut prendre le contrôle les appareils de prise de son et d’images d’ordinateurs ou de terminaux mobiles.

Le New York Times et Yediot Ahranot ont publié ces dis derniers jours des articles confirmant que les Etats-Unis d’Amérique et Israël sont entrés dans une phase offensive de la guerre électronique contre l’Iran. Selon le New York Times, le président Obama, qui tente de tirer profit de la guerre des drones, avait ordonné d’intensifier la cyber-guerre tout azimuts contre des pays comme l’Iran ou la Corée du Nord en vue de saboter leurs programmes nucléaire et spatial.

La cyber-guerre conduite par Washington et Tel-Aviv ne se limite pas au virtuel: des commandos et des agents parcourent les pays visés afin d’y disséminer des virus informatiques et collecter des informations sur les systèmes fermés non connectés à internet.

En Russie, la firme Kaspersky, spécialisée dans la sécurité informatique, a rendu public un communiqué mettant en cause un malware dénommé « Flame » visant la quasi-totalité des pays arabes et l’Iran. Cette annonce est intervenue en pleine crise internationale sur la Syrie. D’après des informations non confirmées, ce logiciel malveillant est sur le point d’être désactivé après qu’il ait été démasqué.

En tout état de cause, Israël est non seulement obsédé par son image sur le web mais joue un rôle de premier plan dans la propagation de virus informatiques dans le cadre de ce qu’il considère comme sa cyber-guerre contre ses ennemis.

%d blogueurs aiment cette page :