Stats

  • 7 065 140 Hits
18/09/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Sahel: l’Algérie semble opter pour des frappes aériennes…

La situation au Sahel marqué par la sécession de facto du Mali en deux et la montée en puissance d’organisations terroristes d’obédience islamistes telles que l’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), le MUJAO (Mouvement pour l’unicité et le Djihad en Afrique occidentale) ou Ançar Eddine qui contrôlent désormais des villes entières au Nord du Mali inquiète au plus haut point l’ensemble des pays riverains du Sahel sur une éventuelle somalisation ou, pire, afghanisation de la région. Pour faire face à cette situation, l’Union Africaine (UA) a décidé de saisir le Conseil de Sécurité des Nations Unies afin de mener une opération militaire visant à reprendre le Nord du Mali.
Cependant, de sérieux doutes subsistent sur les moyens dont disposent ls pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) auquelle appartien le Mali et des question liées au mandat d’une opération militaire multinationale menée sous l’égide de l’ONU.
L’opération militaire ne pourrait avoir lieu que si l’Algérie et le Nigéria y participent avec un financement et surtout un soutien logistique des pays sahéliens impliqués assuré par des puissances telles que les Etats-Unis et la France.
Or, il semble qu’à Alger, on a émis un certain nombre de conditions: pas d’intervention militaire au sol et pas de présence de troupes étrangères hormis celles des pays de la sous-région. Ceci confirme un peu plus l’option algérienne de frappes aériennes ciblées visant les éléments d’AQMI et du MUJAO et leur prise en chasse par des escadrilles d’hélicoptères d’attaque au sol.
Depuis deux semaines, l’armée algérienne a lancé une série d’offensives ponctuelles sur les débris de maquis terroristes à Boumerdes et Tizi-Ouzou (Kabylie, à l’est d’Alger) ainsi qu’au Sud de Khenchela (région des Aurès dans l’extrême est du pays) où elle a testé avec succès des missiles guidés par laser ainsi qu’une utilisation intensive de la couverture aérienne rapprochée (Close Air Support). Ces opérations sont une répétition générale d’une opération plus vaste qui pourrait être déclenchée contre les fiefs, les centres de commandement, les camps d’entrainement, les regroupements et les véhicules des organisations terroristes au Nord du Mali. Des hélicoptères d’attaque au sol de fabrication russe et modernisés en Afrique du Sud ont non seulement donné bien du fil à retordre aux convois de l’AQMI dans le grand sud algérien mais anéanti des convois de trafiquants d’armes libyens qui ont tenté plusieurs fois de pénétrer en territoire algérien.

Les hélicoptères d’attaque de l’armée algérienne ont joué un grand rôle dans la lutte contre le terrorisme

L’option de frappes ou de raids aériens ciblés n’est pas sans similitude avec la stratégie militaire turque au Nord de l’Irak.
Si tous les efforts de l’Algérie se concentrent présentement à libérer le consul d’Algérie à Gao (Nord-est du Mali) et cinq de ses collaborateurs, enlevé le 05 avril dernier par des éléments du MUJAO, il n’en demeure pas moins que toutes les options possibles sont sur la table, surtout face à la pression croissante des pays de la sous-région appelant à intervenir militairement afin de régler la crise malienne. Le MUJAO, qui a revendiqué, outre le rapt des fonctionnaires du consulat algérien à Gao, un attentat-suicide à Tamanrasset (Sud algérien) et le kidnapping de trois humanitaires européens près d’un camp de réfugiés sahraouis à Tindouf (Sud-ouest de l’Algérie) est dans ce cas dans le collimateur direct des forces aériennes algériennes dont certains éléments attendent avec impatience le feu vert d’une opération extérieure visant sinon à l’éliminer, du moins réduire drastiquement ses capacités de nuisance et permettre dans un premier temps à l’armée régulière malienne dont les unités sont stationées à Sévaré, Néma (Mauritanie) et au Niger de reprendre les villes tombées aux mains des organisations islamistes. Dans un second temps, la reprise des villes du Nord qui est tout à fait possible doit être consolidée par l’amorce d’un dialogue national inter-malien à travers notamment la prise en compte des revendications des populations du Nord dans le cadre d’un nouveau pacte politique dont la définition revient en premier lieu à tous les maliens.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :