Publicités

Biélorussie: Des généraux limogés pour avoir failli à contrer une provocation de l’OTAN

Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, est très en colère après que ses systèmes de défense antiaérienne ait échoué à intercepter une énième provocation aérienne de l’OTAN.  Résultat: les généraux Dmitri Pakhmelkine et Igor Rachkovski, commandant respectivement la défense aérienne et les gardes frontières ont été démis avant-hier de leurs fonctions.

Face à l’expansionnisme de l’OTAN à l’est et à l’offensive actuelle en règle sur certains pays rétifs du monde musulman Alexandre Loukachenko ne badine plus avec la défense aérienne: il sévit à la moindre carence…

Le 04 juillet dernier, une société-écran immatriculée en Suède ayant des liens avec une des nombreuses agences du renseignement américain a affrété un avion qui a pénétré dans l’espace aérien biélorusse et largué 800 ours en peluche portant des messages en langue locale près de la ville d’Ivenet appelant les autorités biélorusse à respecter les droits de l’homme. Une énième opération de provocation calculée visant ce que la presse occidentale dans son ensemble qualifie de dernier régime autocratique d’Europe.  Il va sans dire qu’à  ces « nounours » en peluche peuvent fort bien se substituer des bombes bien mortelles. Le président Loukachenko n’a pas digéré cette dernière « insulte » venant de ces « détraqués » contrôlant la vie de centaines de millions d’européens comme il aime à le répéter.  Furieux, le président biélorusse s’est demandé jeudi dernier pourquoi l’avion, qui a été repéré à temps, n’a pas été intercepté en jurant que les coupables de telles carences auront à rendre des comptes.

Après une enquête approfondie ayant touché l’ensemble des structures sécuritaires, le service de presse de la présidence à Minsk a rendu public un communiqué martial indiquant que les généraux sus-mentionnés ont été limogés « pour avoir failli dans leur mission de protection de la sécurité nationale ». En Biélorussie, on est persuadés depuis longtemps que les thématiques liées aux droits de l’homme brandies en toutes occasions  par certaines puissances contre certains pays ne sont que des outils de pression et d’hégémonie au service exclusif de ces puissances.

Dans un communiqué publié hier, le service de presse de la présidence précise que les généraux Dmitri Pakhmelkine et Igor Ratchkovski ont été limogés «pour avoir failli dans leur mission de protection de la sécurité nationale». D’autres responsables ont également été sanctionnés.

Au pouvoir depuis 1994, le président Loukachenko est fréquemment la cible de campagnes médiatiques occidentales. Son pays, soumis à un embargo qui ne dit pas son nom  a échappé à plusieurs reprises à des tentatives de « révolution colorée » puis de  » révolte spontanée » ou encore de chaos social programmé. Ses prises de position en faveur de la Serbie, de  l’Irak de Saddam Hussein au moment où ce pays se faisait envahir en 2003, son opposition à la guerre en Libye et à l’assassinat sanglant de Kadhafi ou encore sa solidarité avec la Syrie contre les eurocrates de Bruxelles et la finance de Londres  font de lui la bête noire des médias incorporés mondiaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :