Stats

  • 6 232 632 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
26/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

20 août 1955: le grand tournant de la guerre d’Algérie

Le 20 août 1955 commençait l’un des épisodes les plus meurtriers de la guerre d’Algérie: les massacres du Nord-Constantinois. Cet évènement majeur de la guerre d’Algérie (1954-1962) fut, de par sa violence extrême, le véritable tournant d’une guerre longtemps occultée sinon niée.

Le drame algérien de ces journées de plomb, de feu et de sang eut un écho jusqu’au États-Unis. Les massacres du 20 août 1955 déchirèrent à jamais les communautés et firent prendre conscience à la communauté musulmane que l’armée française ne se considérait pas dans un département français mais en territoire étranger ennemi. Changement de paradigme qui allait aboutir à l’indépendance de l’Algérie en 1962.

A Philippeville, des centaines de prisonniers algériens des parachutistes français furent ensevelis au bull-dozer au stade municipal lors des massacres du Nord-Constantinois, un évènement clé de la guerre d’Algérie (1954-1962)

Combien de personnes périrent lors de ces journées infernales ayant suivi le 20 août 1955? Nul ne le sait avec certitude. Les sources officielles françaises de l’époque parlent de 1200 morts; d’autres sources, notamment le New York Times,  évoquent plus de 12000 morts. Quoi qu’il en soit, le nombre de disparus constaté par les autorités après l’indépendance pour cette région  s’élève à plus de 15 000 personnes dont on a jamais retrouvé les corps. C’était l’époque où la terreur régnait en Algérie au point ou un administrateur civil européen qui osait contester ou critiquer les méthodes très expéditive des militaires était sommairement abattu sans autre forme de procès. En 1955, les violations massives des droits de l’Homme n’entraînaient aucune réprobation internationale et ne suscitait aucune réaction dans l’opinion publique internationale dans un monde qui venait de subir les horreurs de la seconde guerr mondiale. Durant la guerre d’Algérie, on tuait à la pelle, avec une cadence industrielle.  Que dire alors de ces milliers de paysans musulmans exécutés à la chaîne et dont les corps amoncelés ont été traités à la chaux et ensevelis en masse dans des fosses communes comme celle du stade de la ville de Philippeville? C’était une guerre atroce. Appuyée par l’OTAN. Peu de gens osaient à l’époque élever une autre voix plus raisonnable. Cela s’est terminé par le drame épouvantable des deux côtés de la méditerranée. 57 années après, il semble que l’on ait tout oublié et on recommence les mêmes erreurs. Phénomène cyclique ou déterminisme historique? C’est à voire.

%d blogueurs aiment cette page :