Stats

  • 6 359 682 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
01/12/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Nord-Mali: un autre drone abattu près de Gao

Strategika 51Un autre drone, vraisemblablement de l’armée française a été abattu hier par des groupes armés contrôlant la ville et la périphérie de Gao (nord-est du Mali) tandis que d’autres drones continuent à survoler différentes sites  entre Andéramboukane, Menaka, Gossi, Djebok et Gao.  Le drone dont on ignore la nationalité a été touché par plusieurs tirs de canons anti-aériens de calibre 23 mm. 

Les débris du drone non armé ont été récupérés par des miliciens extrémistes qui assurent que l’appareil détruit est français.

C’est la cinquième fois que les groupes armés ayant pris le contrôle du Nord-Mali  après le retrait de l’Etat malien en avril 2012 revendiquent avoir abattu des drones occidentaux dans la région.

Des membres du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest) et d’Ançar Eddine ont tous deux revendiqué l’opération, laquelle s’inscrit selon eux, dans le cadre des préparatifs d’une intervention militaire occidentale imminente contre eux.

Des drones américains et français survolent régulièrement les zones de Tilemsi, Gao, Kidal, Aguelhoc, Tessalit, Djebok, Gossi, Gourma, Tombouctou ainsi que les espaces vides entre les confins frontaliers avec la Mauritanie et le Niger. Certains de ces drones décollent de bases sises en Libye et au Burkina Faso tandis que d’autres proviennent de la Mauritanie. La mise en place par les Etats-Unis d’un dispositif de coordination en Sicile, chargé de superviser d’éventuelles opérations militaires au Nord-Mali et l’acheminement vers un pays voisin du Mali d’hélicoptères militaires en pièces détachées sont autant de prémisses à une intervention militaire au Nord-Mali.

Une intervention militaire impliquant des pays extérieurs à la sous-région indispose fortement l’Algérie dont des diplomates sont encore retenus en otages par les groupes armés extrémistes. Par ailleurs, malgré les efforts diplomatiques de certains pays pour obtenir un feu vert de l’ONU, une opération militaire demeure peu claire quant à ses véritables objectifs. La libération du Nord ou du Septentrion ne serait qu’un prétexte à une implantation durable dans une zone au potentiel minier riche et encore inexploité

Paradoxalement, les réseaux de téléphonie mobile (Orange Mali et Mali Télécoms) n’ont jamais cessé de fonctionner au Mali en dépit de la vraie fausse crise provoquée depuis le mois de mars 2012 après un putsch énigmatique mené par un obscur capitaine de la troupe dont le rôle demeure à ce jour ambigu et trouble.

%d blogueurs aiment cette page :