Cette année, c’est à Netanyahu, inamovible premier ministre de l’État d’Israël que revint le rôle du pitre à l’ONU en s’affichant avec une caricature de bombe à mèche comme celle qu’utilisaient les anarchistes protosionistes de la première moitié du XXème siècle en Europe et en Russie. A la limite du grotesque, Benyamin Netanyahu tente de décrire avec le plus grand sérieux du monde l’une de ses obsessions sur le nucléaire iranien qu’il veut ériger en menace universelle…
Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.