Stats

  • 6 346 549 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
27/11/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Des roquettes palestiniennes atteignent Tel-Aviv et Jérusalem

L’embrasement de la situation à Gaza à la veille d’une velléité de reconnaissance palestinienne aux Nations Unis a été planifié par l’état-major israélien sauf que ce dernier vient d’être surpris moins par la portée des roquettes palestiniennes dont les plus efficaces sont de fabrication iranienne et d’approvisionnement syrien que l’efficacité très limitée du système d’interception balistique connu sous le nom de code « Iron Dome ».

Trois roquettes tirées de Gaza ont atterri, vendredi 16 novembre 2012, sur des colonies israéliennes sises dans la périphérie de Jérusalem. Un peu plus tôt, une roquette-la deuxième en moins de 24 heures-a atterri dans le voisinage de Tel-aviv.

La chute d’un chasseur bombardier F-16 israélien, touché par un missile Sol-Air provenant des stocks de l’ancienne armée libyenne, a contraint le gouvernement sécuritaire restreint d’Israël à mobiliser jusqu’à 75 000 réservistes et à allouer près d’un milliard de dollars US supplémentaires au bouclier balistique. Une intervention terrestre dans la bande de Gaza ne semble pas exclue. Sauf que dans le contexte régional marqué par la situation très critique au Golan où les escarmouches entre soldats syriens et soldats israéliens sont devenus quotidiens depuis le tir d’un missile antichar israélien de type Tammuz sur un blindé syrien et de tirs de chars Merkava MK4 sur une position d’artillerie de campagne, la situation semble des plus explosives. Au Sud-Liban, le Hezbollah suit attentivement l’évolution de la situation et se tient prêt à toute éventualité. Son dirigeant, Hassan Nasrallah, n’a pas caché qu’en cas d’embrasement généralisée de la région, ses troupes tenteront de forcer la frontière et pénétrer au Nord d’Israël.

En Jordanie, le refus du Roi Abdallah II de certaines demandes relatives à la situation en Syrie et en Ci-Jordanie lui ont valu des déclarations incendiaires de la part des Etats-Unis pour lesquels la contestation populaire née de la hausse des prix des carburant est une revendication légitime pour un changement de régime.

Enfin, Ryad et Doha ne sont pas en reste puisqu’ils viennent de dépêcher le Premier ministre égyptien et le MAE tunisien à Gaza dans une tentative visant moins à canaliser la colère extrême de la rue arabe mais à contrecarrer l’influence de l’axe Damas-Téhéran. En Iran, la détérioration de la situation à Gaza et la panique du gouvernement israélien-qui se prépare depuis des mois à une guerre régionale généralisée sur plusieurs front et incluant des attaques balistiques-pour renforcer ses activités nucléaires à Fordo et à Natanz.

Dans tous les cas de figure, la situation demeure explosive et susceptible de déboucher à tout moment sur un conflit mondial.

%d blogueurs aiment cette page :