Stats

  • 6 359 550 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
01/12/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Conflit au Moyen-Orient: les lignes de front se déplacent au Golan

Panique générale au sein des état-majors à Tel-Aviv, à Ankara ou encore à Ryad. L’armée syrienne est en train d’unifier le pays et de reprendre l’ensemble des enclaves tombées aux mains des rebelles et autres groupuscules se faisant passer pour l’opposition syrienne. Les coups durs assénés par les unités de l’armée syrienne aux groupes armés ont forcé des éléments de Jobhet Ennosra, organisation classée comme terroriste par Washington (la France étudie encore cette possibilité…) ont commencé à ouvrir le feu sur les autres groupes armés tentés par la fuite. A Al-Qusseir, plusieurs milliers de rebelles sont pris au piège tandis qu’à Deraa, l’armée syrienne a réouvert, pour la première fois depuis des mois, la route principale liant directement Damas à la frontière jordanienne. Près de Damas, Darya, devenu un fief de la rébellion et assiégée depuis des mois, a été investie par l’armée syrienne. Des témoignages directs rapportent que des centaines de rebelles en fuite se font tirer dessus par leur propres camarades ayant décidé de mourir sur place. D’autres, plus précis, évoquent des opérations d’évacuation d’éléments terroristes menée par l’armée israélienne au Golan.

Cette nouvelle situation sur le terrain a déplacé les lignes de front du Nord de la Syrie vers le plateau du Golan. C’est le scénario le plus plausible: le conflit syrien, voulu par ses promoteurs comme une guerre civile interne entre partisan d’un régime autocratique et une opposition démocratique, est en train de se transformer en guerre régionale avec Israël.

Les interventions militaires israélienne directes et répétées dans ce conflit (établissement d’hôpitaux de campagne au Golan au profit des combattants « islamistes », évacuation de blessés rebelles, contrebande d’armes et de systèmes d’espionnage perfectionnés, raids aériens et frappes de missiles) traduisent l’échec de la nouvelle stratégie de remodelage géopolitique par l’ingénierie sociale du chaos. Israël, principal bénéficiaire de ce plan, a fini par agir sans le masque des révolutions colorées. Cet état de fait embarrasse au plus haut point Washington, lequel apprécie déjà très mal l’indiscipline, le caractère brouillon et l’insolence de Bibi, le surnom de l’inamovible Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Dans sa première déclaration après les raids israélo-américains de la semaine dernière, le Président syrien Bashar Al-Assad a laconiquement déclaré que la Syrie pouvait faire face à Israël. Indubitablement, la Syrie ne peut affronter Israël militairement sans subir de très sérieuses conséquences à long terme. Une riposte directe de Damas entraînerait le monde dans une guerre universelle comme celles ayant succédé à l’assassinat énigmatique de l’Archiduc d’Autriche en 1914 et à l’enchaînement des évènements ayant mené à 1939.

Cependant, la configuration des rapports de forces telles qu’elles sont actuellement régionalement établies par l’axe Téhéran-Damas-Hezbollah et le parapluie diplomatique assuré par Moscou et Pékin laissent à Damas suffisamment de latitude pour pourvoir en tirer des dividendes sur le plan stratégique.

%d blogueurs aiment cette page :