Stats

  • 6 181 973 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
01/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Sahel: après Sonatrach/BP, Belmokhtar s’attaque à Areva

Notre blog a non seulement été parmi les premiers, en date du 05 mars 2013, à démentir la mort du chef terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar, mais à évoquer son refuge au Nord Niger (région d’Arlit au Nord d’Agadez).

Son groupe dissident de l’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) qu’il estime infiltré et noyautée par les services occidentaux s’est aussi désolidarisé  de l’alliance éphémère entre les trafiquants du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité du Jihad en Afrique de l’Ouest) et Ansar Echariaa (groupe formé par l’ancien chef touareg Iyad Ag Ghaly). Il accuse le premier de collusion trop flagrante avec les services  marocains et mauritaniens tandis qu’il reproche au second sa proximité avec les services algériens.  Le groupe de Belmokhtar n’en continue pas moins à mener des attaques contre des cibles hautement stratégiques au Sahel et au Sahara méridional.

Après l’attaque déjouée du complexe gazier de Tiguentourine qui visé le cœur du dispositif économique algérien tout en nuisant aux intérêts des firmes British Petroleum BP (Royaume-Uni)  et Statoil (Norvège), le groupe de Belmokhtar, les Signataires par le Sang, récidive en s’attaquant cette fois au coeur de la sécurité énergétique de la France en lançant deux voiture piégées contre les installations d’Areva au Nord Niger.

Areva exploite depuis des décennies  dans cette région des mines d’uranium nécessaire au fonctionnement des 58 réacteurs nucléaires français.

Nos informations indiquent en outre que depuis la énième annonce de sa mort par le ministère Tchadien de la défense, Belmokhtar se serait déplacé en Libye méridionale (voire en Tunisie selon d’autres sources) et pénétré à deux reprises au Tchad avant de revenir au Niger et au Nord-Mali.

Comment un ancien contrebandier peu instruit, chassé de ses propres phalanges par des putschs internes a t-il réussi à devenir un stratège hors pair s’attaquant aux intérêts de l’Algérie, de la France et du Royaume-Uni au Sahel?

En attendant, il serait difficile de ne pas voir dans ces attaques la poursuite d’une politique cohérente et soutenue qu’en toute vraisemblance le groupe de Belmokhtar ne peut à lui seul mettre en oeuvre et appliquer sans l’appui d’une tierce partie extra-régionale.  D’où la question, qui se cache derrière le groupe de Belmokhtar?

%d blogueurs aiment cette page :