All current weapons systems are overrated and unfit for post modern warfare.

Face aux pressions et demandes incessantes émanant de plusieurs pays européens pour que Google interdise ou bloque ce que l’on  désigne sous l’appellation « matériaux extrémistes », le président du Conseil d’administration de Google, Eric Schmidt, n’est pas allé par quatre chemin:  «C’est une pente glissante. Où allons-nous nous arrêter? ». En effet, cette pensée glissante, elle a non seulement fait des ravages en Europe mais a réussi à avoir l’adhésion passive et inconsciente de certains segments de la population.

Le politiquement correct est un euphémisme de trop. C’est un outil à géométrie variable. Sur quel critère peut-on classer un « mauvais contenu » quand les règles les plus élémentaires de la morale et de l’éthique sont rejetés par la société de consommation?

Quelle différence y a t-il entre un blocage du contenu et la censure?  La censure, sous diverses formes, est déjà omniprésente sur le vieux continent. Eric Schmidt ne veut pas d’une quelconque dictature de la pensée  pour son moteur de recherche. Google a donc pris la décision d’indexer toute information légale, quelle que soit son contenu.

A une époque où les médias n’hésitent plus à user et abuser des mensonges par omission et la propagande noire, cette décision de Google n’est que salutaire pour la liberté d’expression.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :