Publicités

Pourquoi les États-Unis, Israël et l’UE ont-ils réagi si violemment au sujet de la livraison par la Russie des missiles S-300 à la Syrie? En fait, une ou plusieurs batteries de missiles anti-aériens ne peuvent rien changer quant au déroulement de la guerre civile en Syrie. Surtout avec la décision de l’UE, la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays occidentaux membres de l’OTAN de fournir aux rebelles armés syriens des systèmes d’armes similaires. Alors, pourquoi Les Russes ne veulent-ils, en aucun cas, renoncer à armer l’Armée Syrienne avec des S-300 ?

Pour comprendre ce que cette livraison d’armes signifie pour les occidentaux, il faut préciser que le secret du succès des campagnes militaires des États-Unis et d’Israël au cours des 20 dernières années, a été fondée sur la possession et l’utilisation d’un antidote universel appelé ESM / ELINT (électronic Support Measures). Ce type d’équipement permet l’enregistrement et l’analyse des émissions des radars de détection et de contrôle des systèmes d’armes de l’ennemi et de les neutraliser par brouillage. Cela permet ainsi à leur propre aviation un maximum de liberté d’action et la possibilité d’effectuer, sans pertes, toutes les missions de frappes sur des cibles air, mer et terre.

L’élément nouveau dans le scénario classique des occidentaux, c’est que la Russie a fourni à l’armée syrienne les lanceurs de missile S-300 dotés d’un système très complexe intégrant le C4I pouvant détecter les cibles, avec une gestion automatisée de feu. Avant de servir au lancement et au guidage de missiles S-300, le système assure une surveillance efficace de l’espace aérien syrien et au-delà ses frontières par un réseau de radars fixes de basse fréquence de dernière génération, résistant au brouillage et aux attaques de missiles antiradar.  A cela s’ajoute un réseau supplémentaire de radars mobiles, du type 1L119-Nebo, fonctionnant dans la bande de fréquence VHF.

En plus de ces deux réseaux automatisés de surveillance de l’espace aérien, s’ajoute un autre élément destiné à la détection, la poursuite et l’attaque de toute source de brouillage ESM / ELINT des occidentaux (électronic Support Measures) monté sur des avions ou sur des navires de guerre.

En pratique, avec l’exportation croissante ces nouveaux systèmes d’armes dans le monde par la Russie, les Etats-Unis, ses alliés de l’OTAN et Israël ne pourront plus imposer de soi-disant « zone d’exclusion aérienne » comme ils l’ont fait en Yougoslavie, en Irak et en Libye. Ils ne pourront pas plus prendre le risque d’une invasion terrestre avec utilisation de la flotte militaire et de l’infanterie de marines.

Comment les Russes ont-ils réussi à concevoir et à fabriquer ce type de technologie, dans les conditions de l’effondrement de l’URSS et de déclin économique, alors que l’avantage technologique détenue par les États-Unis face à la Russie, a permis à l’Armée américaine de mener avec succès des guerres en Yougoslavie, en Irak, et en Afghanistan contre des armées équipés de matériel de guerre Soviétique? Quel pouvait être l’élément qui conférait à l’armement américain une telle suprématie ? La réponse est : le C4I (Command, Control, Communications, Computers, and Intelligence).

C4I est un concept moderne, le seul moyen actuel pour multiplier jusqu’à 10 fois la mobilité, la vitesse de réaction, l’efficacité et la précision technique dans les guerres conventionnelles, basé sur l’utilisation extensive de la dernière génération de microprocesseur et de matériel de communication, intégrant des capteurs de détection et de guidage des armes. Pour rattraper les Américains, la Russie a mis en place une agence de recherche pour la défense similaire à Defense Advanced Research Projects du Pentagone (DARPA, créé en 1958 suite au lancement du satellite Spoutnik par l’Union soviétique), qui s’occupe de la recherche sur les risques scientifiques, et la recherche et développements sur les dernières découvertes pour l’industrie militaire Russie.

Si on examine attentivement comment, le 27 Mars 1999, a été abattu un avion « furtif » américain F-117 à Budjanovci en Yougoslavie par le système S-125 (Neva / Petchora), on constate que l’Agence russe de recherche pour la Défense a trouvé et mis en œuvre une solution technique de détection et de destruction de ce type d’appareils et des missiles de croisière. Mais pour atteindre les performances technologiques des Etats-Unis, il faudra attendre 2008, lors de la guerre avec la Géorgie. Avant le conflit, l’armée géorgienne avait reçu, de la société américaine L-3 GCS (Leader du marché des équipements électroniques miniaturisés) et des israéliens, les systèmes C4I les plus modernes. Au lendemain de la guerre de 2008, l’armée russe a mis la main sur une grande partie des équipements C4I détenus par l’armée géorgienne, puis les a analysés, copiés et multipliés. Les composants high-tech qui en ont résulté furent largement intégrés dans la production des nouveaux systèmes d’armes ou dans la modernisation de celles déjà existantes.

Le système modulaire C4I permet la création de réseaux tactiques de communication par l’intégration dans une plateforme telle qu’un véhicule militaire en mouvement. Il permet l’affichage et la mise à jour automatiquement de la situation tactique sur consoles avec des cartes numériques, la gestion des contrôles, les rapports de combats et la situation de la logistique (les besoins en munitions, carburant, etc), ou de surveiller l’état de préparation et de fonctionnement des systèmes d’armement. Le système C4I permet, également, d’assurer la collecte, la transmission par satellite et l’analyse des Informations au format standard de l’OTAN en temps réel grâce à des capteurs placés aux avant-postes en première ligne, et grâce aux systèmes AGS (Alliance Ground Surveillance), destinés à l’observation / suivi électronique du terrain par des moyens satellitaires et de drones performant. Toutes les informations sont dirigées vers le poste de commandement mobile au niveau de la compagnie, du bataillon ou de la brigade. Ainsi, il est possible de connaître la situation sur le plan tactique, la gestion du champ de bataille, de faciliter la prise de décision par le commandement.

C4I permet aussi la transmission et la réception audio et vidéo avec un équipement sans fil, dans des conditions sécurisées, une grande quantité de données à haut débit telles que la voix et des données numériques, en présence de brouillage. Ses éléments disposent d’installations de mémoire, accèdent à leurs propres serveurs gérés par de puissants processeurs de dernière génération, et couvrent le spectre entier des fréquences, et sont sécurisés par un cryptage numérique.

Valentin Vasilescu

Ancien commandant-adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni (Roumanie)

Publicités

11 thoughts on “Les missiles S-300 russes et la neutralisation de la suprématie militaire américaine par Valentin Vasilescu

    1. Au gouvernement irakien? La Russie ne soutient pas le gouvernement de Bagdad dont les allégeance se partagent étrangement entre Washington et Téhéran (le fameux compromis). Vous voulez dire syrien je suppose. L’incendie au Moyen-Orient s’est gravement propagé: Outre le Liban et la Turquie, l’Irak, l’Iran, la Jordanie, Israël, la Palestine, l’Arabie Saoudite sont tous impliqués. la trame narrative vendue à l’occidental moyen comme quoi ce qui se passe en Syrie est une révolte pour la démocratie cache très mal et même fort mal que ce qui s’y passe réellement est une guerre régionale dans laquelle les acteurs régionaux règlent de très vieux comptes. Cette guerre est elle même un reflet d’une lutte plus globale entre les Etats-Unis et ses alliés d’un coté et de la Russie et la Chine de l’autre. C’est une lutte pour l’hégémonie dans laquelle la Syrie ou n’importe quel autre Etat de la région Mena ne sert que de strapontin vers un autre conflit. Dans le cas présent l’Iran. La sécurité d’Israël est le véritable enjeu régional du conflit. Les immenses réserves d’hydrocarbures de la région sont l’enjeu du grand jeu. Quant à l’assertion selon laquelle le gouvernement syrien tue ses propres populations, ma foi, donnez moi l’exemple d’un Etat aussi démocratique soit-il qui permettrait à des milliers d’hommes armés, dont une forte proportion d’étrangers de massacrer et de piller ses villes et villages sans réagir?

      1. oui désolé je voulais dire le gouvernement Syrien.

        Je ne comprends pas votre question mais j’ai l’impression que vous tombez dans la propagande russe et chinoise : c’est bien dommage.
        Dénoncer la propagande occidentale pour tomber dans la propagande adverse est bien cocasse et je garde difficilement mon sérieux dans une telle discussion.

        une révolte pour le pain et la liberté. Quand on crève de faim, on a plus rien a perdre. Qu’ensuite plusieurs courants essayent de récupérer la révolte c’est bien normal.

        L’attitude russe et chinoise qui laisse ce massacre de civils continuer est ignoble et inhumaine, Tout le reste est du verbiage d’homo sapiens.

        1. Cher Paul, merci de l’intérêt que vous portez à cette question.
          Votre commentaire appelle quelques précisions utiles:
          1. Du fait d’une longue expérience sur le terrain, nous pensons être plus à même d’éviter certains pièges subtils inhérents aux techniques modernes de manipulation;
          2. Il est facile de nous taxer de récipiendaires conscients ou inconscients des propagandes Russe et Chinoise. Le fait est que depuis quelque temps, tous ceux qui ont une opinion divergente de l’opinion dominante véhiculée par la plupart des médias dits mainstream sont étiquetés « pro-Moscou ou pro-Pékin ». Ces deux pays disposent de leur propres machines, lesquelles bien qu’elles soient loin (et même très loin) d’égaler la super-matrice US, n’ont pas besoin de nous pour répercuter ce qu’ils veulent distiller. D’une manière générale, les gens sont formatés de telle façon qu’ils acceptent très mal ou pas du tout une information de première main issue d’un site ou blog. C’est le travers dans lequel est tombé Strategika 51 dès ses débuts. il fallait toujours des références. Or, où chercher ses références hors de l’immense et omniprésent appareil de propagande dominant? chez ses petits adversaires. il faut user de sa raison et de son bon sens et savoir trier entre les lignes et voire ce qui se passe en arrière-plan d’une image. Nous ne sommes pas naïfs à ce point. Et franchement, si on tient tant bien que MAL ce blog, ce n’est certainement pas pour répéter tels des perroquets ce qu’émettent les systèmes d’information Russes et Chinois. Dans ce cas là, on préfère arrêter dès maintenant!
          3. Vous nous faites tomber dans un problème sémantique inexistant: L’Occident en tant qu’acception n’existe pas; c’est une convention. ce n’est pas non plus un bloc monolithique: Les arabes, du moins ceux des pays adhérant sans réserve aux valeurs néolibérales, se considèrent comme un membre à part entière de l’Occident (qu’ils veulent transformer en visant la suppression de ses références artificielles judéo-chrétiennes);;;Donc ni Occident ni Orient (ce dernier est une invention intellectuelle) surtout en ces temps post-globalisation;
          4. pour revenir au sujet: vous citez « Une révolte pour le pain et la liberté » et l’expression  » Quand on crève de faim ». Il semble bien que vous faites un amalgames entre certains pays africains de la Corne de l’Afrique ayant connu des épisodes de famines et le monde Arabe où l’on a jamais connu la moindre pénurie en nourriture tout le long de son histoire (C’est un thème très bien documenté). Or j’attire votre attention sur le cas de la (très riche) Libye qui a connu une révolte suivie d’une guerre civile doublée d’une intervention de l’Otan et celui de la Syrie, pays qui a atteint son autosuffisance alimentaire sans apport de richesses naturelles.
          Croyez-vous qu’un petit pays comme la Syrie, ne disposant pas de ressources énergétiques fossiles, puisse survivre à plus de trois ans de guerre financière et économique sans qu’il ait une solide assise en ce domaine? C’est paradoxal mais c’est le Moyen-Orient! Complexe et déroutant à la fois. C’est des économies souterraines, basées sur du cash et non pas la spéculation. les gens y survivent par des combines et un jeu complexe de solidarités familiales. même le pays arabe le plus pauvre, le Yémen, n’a signalé aucune pénurie alimentaire; Non les gens qui se sont révoltés ne l’ont pas fait pour le pain; ils l’ont fait pour d’autres raisons:
          Liberté: Les régimes libyen, syrien tout comme les régimes saoudien, qatari, émirati et autres du golfe sont autocratique. Dans certains cas comme en Libye avec un régime atypique qui s’était éternisé (41 ans), l’interdiction de certains privilèges religieux comme la polygamie a enragé une grande partie de la population.
          En Syrie, la vie politique était verrouillée par la mainmise du parti Baath (National-Socialiste Arabe). l’avènement de m’actuel président à suscité des espoirs mais l’état de guerre chronique avec un redoutable ennemi à la frontière (Israël) rendait la vieille garde de l’armée frileuse à tout changement. Hormis cette donne, les gens vivaient très bien en Syrie et les chrétiens (toutes tendances confondues) cohabitaient en harmonie parfaite avec les musulmans (toutes tendances confondues), les druzes, les kurdes, les arméniens et les autres minorités. Donc oui, au début de la révolte à Deraa, les gens réclamaient plus d’ouverture et la démocratie (suite au passage à tabac de trois adolescents appartenant à une puissante tribu du Sud) mais les choses ont dérapé assez vite avec l’intrusion de players étrangers financés par les ennemis de la Syrie.
          Enfin, pour ma part, je n’ai encore jamais vu de mes propres yeux, une armée d’un quelconque pays viser froidement sa propre population, à fortiori des civils désarmés. L’armée syrienne est une armée de conscrits venant de l’ensemble des franges sociales (avec une prédominance des milieux les plus pauvres dans la troupe). Cela aurait été le cas si c’était une armée de contractors tels qu’en possèdent certains grands pays.
          pour illustrer d’un exemple, beaucoup de gens au Canada n’aiment pas Harper et sa corruption. ils veulent s’en débarrasser. ils manifestent. parmi la foule surgissent des combattants islamistes soutenus par d’autres pays mais au lieu de s’en prendre à Harper et sa clique, ils s’en prennent à la population canadienne. Les soutiendrez-vous sachant que vous n’aimez pas Harper? C’est un peu le cas syrien. Bien à vous!

          1. Merci pour votre longue réponse et désolé pour le retard de la mienne mais je suis en vacances actuellement (Rome puis Paris). Je ne vais vous répondre que sur les points qui me paraissent intéressants / importants.

            Comme vous le savez je suis l’auteur d’Esprit Logique et les amalgames j’en fais très peu. :mrgreen:

            2. Ca me semble plutôt bien si les gens se méfient davantage de l’actualité sur un blog. Tout le monde peut y écrire son avis et n’a pas nécessairement une formation et la déontologie d’un journaliste. Il faudrait que les blogueurs donnent des ref. mais souvent ils sont anonymes et ca ne facilite pas le lien de confiance avec ses lecteurs.

            4. Le niveau de richesse moyen par habitant d’un pays peut cacher des inégalités énormes. Même au Canada, pays du G7 des enfants ne mangent pas a leur faim chez une certaine classe pauvre (famille monoparentale , etc).
            En Tunisie, la révolte a démarré avec un jeune vendeur en proie a des difficultés financière qui s’est immole. Le régime totalitaire en Tunisie existe depuis la décolonisation soit environ 1/2 siècle.

            Les pays arabes ont connu une explosion démographique d’ici les 50 dernières années. Ils ont souvent double ou triple leur population. Avec la crise économique et les changements climatiques des tensions sont apparues entre les déshérités et une petite partie de bénéficiaires de ces régimes autoritaires. Personne ne l’avait prévu pour 2009/2010 mais ça devait tôt ou tard arriver avec ce contexte.

            Je ne partage pas du tout votre analogie finale parce que je ne fais pas la même analyse de l’actualité. L’armée syrienne massacre une partie ou ethnie de sa population et certains militaires ont déserté et refuse d’obéir a ce génocide. Le prétexte du terrorisme islamiste du gouvernement syrien est assez grossier comme celui du « guide spirituel » Khadafi mais a déjà servi les USA de manière plus crédible / subtil pour imposer par ex. des lois liberticides aux américains.

            Kadhafi avait utlise des mercenaires étrangers mais aussi son armee pour massacrer les civils parmi son peuple. Si vous ne voyez pas cela alors il vaut mieux arrêter de commenter l’actualité et induire vos lecteurs dans l’erreur.

            Maintenant je vous encourage a continuer de développer votre sens critique et votre raisonnement. Nous allons connaitre de grands bouleversements dans les prochaines décennies.
            Bien a vous.

        2. la guerre en syrie est plutôt un génocide de mercenaires terroriste envers le peuple syrien qui a voulu etre souvrain , c toujours la même music crise politique crise sécuritaire rouleau compresseur médiatique et désinformation , faut arrêter de regarder france 24 et euronews et aller poser la question directement a des syrien quesquils en pense .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :