Stats

  • 6 877 217 Hits
22/06/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Conflit au Moyen-Orient: Offensive générale des extrémistes

Le transfert par l’administration Obama de la gestion du dossier syrien aux renseignements saoudiens a produit un changement significatif dans le rapport de forces sur le terrain en Syrie. Cette sous-traitance qui n’est pas sans similitude avec celle ayant conduit au retrait des forces soviétiques d’Afghanistan, est derrière l’offensive généralisée des groupes extrémistes religieux sur le pays Alaouite.

Les groupes extrémistes ont réussi à éliminer la rébellion syrienne pro-démocratie et paralyser les combattants kurdes en optant pour des stratégies de la terreur, notamment en s’en prenant prioritairement aux populations civiles.

Dans ce qui s’apparente comme leur plus grand effort de guerre jamais consenti jusqu’ici depuis le début de la guerre en Syrie, les groupes radicaux pseudo-religieux ont déclenché il y a moins de 48 heures ce qu’ils appellent «guerre de libération du littoral syrien».

La manœuvre est fort habile: les 23 groupes extrémistes réunis sous divers labels ont lancé des raids sur des dizaines de villages de la province côtière de Lattaquié, soit en plein pays Alaouite afin d’y commettre des massacres et déclencher, par voie de représailles, une guerre confessionnelle à laquelle rêvaient américains, saoudiens et israéliens.  A la différence de la rébellion syrienne, ces milliers de pseudo-djihadistes sont bien structurés, fanatisés à l’extrême et bien armés. Ils ont surtout un très fort soutien logistique et géo-informationnel US et israélien.

 Dotés d’un très bon équipement et d’une assistance logistique complexe, partiellement assurée à partir de la mer via des submersibles et des navires d’écoute de l’Otan, des groupes radicaux «islamistes» ont lancé une grande offensive sur la région côtière de Lattaquié, fief et sanctuaire du régime syrien.

 Sur le plan opérationnel, cette action audacieuse vise avant tout à desserrer l’étau meurtrier de l’armée syrienne sur la province centrale et adjacente de Homs et de divertir l’effort de guerre gouvernemental de la province septentrionale d’Alep. La Province de Lattaquié est l’une des régions ayant le plus contribué dans l’effort de guerre gouvernemental.

Plus au Nord, l’aérodrome militaire de Ming dans la province d’Alep, situé à 15 kilomètres de la frontière Turque, assiégé depuis bientôt une année par le front de Nosra (AlQaida au Levant) a subi une attaque menée par 7000 djihadistes dont des phalanges entières de combattants libyens et saoudiens. Un véhicule piégé avec sept tonnes d’explosifs conduit par un kamikaze saoudien a fait sauter les défenses loyalistes. Ces dernières ont réussi à repousser 43 assauts avant ce jour.

La chute de cet aérodrome désaffecté mais défendue par une unité militaire aura de sérieuses conséquences sur les villages environnants, peuplés majoritairement de chiites. Il pourrait également servir d’une tête de pont d’une invasion à partir de Turquie.

 Indéniablement, de par cette action, la composante la plus extrémiste de la rébellion tente son va-tout.  C’est un coup de Poker dont le résultat influera sur la tenue ou non de Genève II. Car, sans une avancée de la rébellion et de ses sponsors internationaux sur le terrain, il n’est nullement question de négocier avec l’autre camp.

Il y a deux semaines, les renseignements saoudiens estimaient qu’il ne leur faudrait que 6 à 12 mois pour liquider le régime syrien et le remplacer par un régime islamiste extrémiste pro-Wahhabite et pro-US. Un budget de plus de 800 milliards de dollars US a été mobilisé à cette fin. Certains analystes bien au fait du dossier parlent d’un montant nettement plus important.

 Ryad adhère sans réserve à la stratégie US au Levant. D’autant plus qu’il s’agit non seulement d’abattre un pays socialiste mais dirigé par un Alaouite de surcroit et donc un hérétique à la solde de l’Iran, perçu par les pays du Golfe comme l’eternel ennemi Perse.

Si cette stratégie venait à réussir, le Moyen-Orient verra la disparition d’un des derniers Etats où la coexistence pacifique entre diverses confessions a été possible. Cette notion combattue aussi bien par l’Etat d’Israël que par le royaume saoudien ne sert pas les desseins du Nouvel Ordre mondial fondé sur la peur et le repli communautariste.

Le système a besoin des djihadistes caricaturés à l’extrême pour ses besoins d’hégémonie. En Occident, cela lui sert à semer la peur et justifier par la même occasion son totalitarisme masqué. Dans le reste du monde, il s’en sert pour à la fois abattre et se créer des ennemis pour faire fonctionner ses complexes militaro-industriels et promouvoir ses filières de narcotrafic.

Sur le plan stratégique, il semble bien qu’avec l’opération “Printemps Arabe”, Washington ait rompu définitivement avec les canons de la stratégie occidentale  en tournant le dos à Clausewitz et en s’appropriant en les déformant les anciens préceptes de la stratégie chinoise fondés sur la manipulation stratégique et le potentiel de situation. C’est une révolution!

%d blogueurs aiment cette page :