Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Des agents chimiques ont bien été utilisés en Syrie puisque une cinquantaine de soldats syriens ont été grièvement atteints par des émanations toxiques lors d’un assaut sur des tunnels souterrains à Jobar, une banlieue au Nord-Est de Damas.  Pis, l’usage d’obus de mortier et de grenades chimiques lors de combats semble se confirmer.

La Syrie a démenti avoir eu recours à ce type d’arme et a accusé les rebelles d’avoir utilisé des gaz contre les troupes régulières et des populations civiles. On sait que la Syrie dispose d’un stock d’armes chimiques, certes bien modeste en comparaison avec celui de son voisin et ennemi israélien. On sait également que les rebelles ont pu se procurer des agents chimiques depuis près de huit mois et que certains d’entre-eux ont reçu un entraînement spécialisé en la matière en Jordanie.

La presse oublie fréquemment deux faits importants lorsqu’il s’agit de la Syrie. Ce pays est depuis près d’un an et demi l’un des plus surveillés au monde: des dizaines de satellites-espions US, Russes, Européens et Chinois évoluant en orbite basse  sont littéralement braqués sur les grandes agglomérations telles que Damas, Homs, Alep, Tartous et que les confins frontaliers avec le Liban, Israël et la Jordanie sont survolés en permanence par des drones. En mer, des navires d’écoutes et des sous-marins US, Britanniques, Allemands, israëliens et Russes interceptent les signaux électromagnétiques émanant de tout ce qui bouge en Syrie.

Moscou sait-preuves satellitaires à l’appui- que l’armée syrienne qui ne se heurte plus aux mêmes difficultés sur le terrain qu’au début de la guerre, n’a pas besoin de recourir à l’arme chimique pour se débarrasser des légions de mercenaires étrangers que Ryad ne cesse de lui envoyer au nom d’une super guerre sainte pour la restauration du grand Califat musulman. En réalité, Washington et Tel-Aviv sont les maîtres du jeu.

Qui a donc fourni les armes chimiques aux rebelles? La Turquie et l’Arabie Saoudite sont pointés du doigt. Mais le véritable responsable se cache derrière une formidable barrière défensive au Golan.

Entretemps, Washington et Moscou font monter les enchères avant la rencontre américano-russe de la Haye sur la Syrie, prévue ce mercredi. Tout y passe: réunion d’urgence du Conseil de Sécurité Nationale à Washington, agitation de la grosse artillerie, menace russe de renforcer son armada face à la sixième flotte US. L’automne risque d’être plus long que prévu.

4 thoughts on “Conflit au Moyen-Orient: qui a fourni les obus chimiques aux rebelles en Syrie?

  1. pendant la guerre Iraq Iran le chiffre d’affaires de ICI Imperial Chemical Industries a cru réguliérement, cela indique qu’ICI a bénéficié in fine des achats de produits chimiques militaires faits par l Iraq et un peu par l’Iran. Idem pour l’usine sise à Askhelon au nord de Gaza.

  2. Non Super Assad n’a pas besoin d’utiliser ses stocks d’armes chimiques. La preuve il empêche de laisser vérifier le site tellement il est convaincu que son armée ne les a pas utilise et que c’est les méchants terroristes rebelles qui l’ont fait.
    😆

    1. ridicule! le gvt syrien a ouvert tous les sites de stockage pour se débarrasser de toutes les armes chimiques concernées par l’accord international sur les armes chimiques.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :