Publicités

Conflit au Moyen-Orient: contre le statu quo, la Turquie tente de provoquer un Casus Belli

D’après des informations rendues publiques, un chasseur turc F-16 de fabrication américaine a abattu un hélicoptère syrien de type Mil Mi-17 (Hip) de fabrication russe à 1127 GMT (1427 heure locale), au dessus du tracé frontalier entre les deux pays ennemis.

D’après le vice-Premier ministre turc, Bulent Arinc, l’hélicoptère syrien aurait violé l’espace aérien turc et aurait été abattu par deux F-16 relevant du centre des opérations aériennes combinées de Dyarbakir (Turquie méridionale). Toujours selon la version turque, l’appreil syrien aurait pénétré sur une profondeur de 2 kilomètres à l’intérieur de la province turque de Hatay.

Un hélicoptère Mil Mi 17 des forces armées syriennes lors d'exercices dans le désert.
Un hélicoptère Mil Mi 17 des forces armées syriennes lors d’exercices dans le désert.

Cependant, le vice-Premier ministre turc en arrive à se contredire en affirmant ne diposer d’aucune information sur le sort de l’appareil puisque ce dernier s’est craché en territoire syrien à plus d’un kilomètre de la frontière avec la Turquie.

De toute évidence, à moins que les F16 turcs aient eu recours au canon à une distance critique de manière assez hasardeuse pour que le Mil Mi 17 en soit seulement partiellement endommagé pour continuer à voler sur une distance de plus de trois kilomètres, la version turque ne tient pas la route.

Le Mil Mi-17 a une vitesse maximale théorique de 250 Km/heure, soit une vitesse bien en deçà de celles d’un chasseur à réaction. Qu’en serait-il si l’hélicoptère réputé pour sa maniabilité réduite et sa lourdeur est chargé ou pire endommagé par un obus? Or selon toute vraisemblance, l’hélico syrien aurait été abattu par un ou plusieurs missiles.

Les turcs mentent. L’appareil syrien a bel est bien été abattu en territoire syrien dans ce qui s’apparente à un acte délibérement hostile de la part laTurquie pour tenter de briser le statu quo induit par l’initiative diplomatique russe et les négociations américano-russes sur une éventuelle Conférence de paix.

La Turquie d’Erdögan s’est tracé une politique de zéro ennemis il y a de cela quelques années. Cette politique a lamentablement échoué puisque ce pays membre de l’Otan est actuellement en très mauvais termes avec l’ensemble de ses voisins (Arménie, Grèce, Irak, Iran, Syrie…) et même avec des pays comme l’Egypte à cause de sa politique d’ingérence.  Un bémol tout de même: vassalisée par Washington, Ankara dispose de solides amitiés avec la France et Israël.

Publicités

2 thoughts on “Conflit au Moyen-Orient: contre le statu quo, la Turquie tente de provoquer un Casus Belli

  1. A reblogué ceci sur raimanet and commented:
    Aérosptatiale/Missiles, Guerre régionale, Moyen-Orient, Relations internationales, Stratégie, Syrie, Turquie et tagué Hatay, Mil Mi 17, Moyen-Orient, Syrie, Turquie,casus,belli
    ===
    une escalade bien inutile ! que vont faire les Turcs face aux Russes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :