Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Décidément, la crise budgétaire américaine que Pékin croit surfaite et délibérée a déclenché la première passe d’armes sérieuse entre la Chine et les Etats-Unis. Ces derniers ont d’ailleurs chargé leur allié japonais d’ouvrir les hostilités. Sous pretexte d’un conflit sur un archipel désert en Mer de Chine Orientale, les îles Diaoyu selon la Chine ou Senkaku d’après le Japon, le Premier ministre nippon Shinzo Abe a a assuré samedi que son pays était “prêt à faire face à la Chine si cette dernière choisissait de recourir à la force pour faire prévaloir ses intérêts”.

Cette déclaration semble étrange. Jusqu’ici la stratégie chinoise est de laisser les USA concentrer leur très coûteux dispositif au Pacifique  tandis qu’ils se chargeraient de sécuriser un corridor économique stratégique de Shanghai jusqu’au port syrien de Banias en Méditerranée. Ce corridor stratégique est en train d’être établi par une série d’alliances régionales et de projets d’intégration susceptibles d’assurer le contrôle des routes energétiques en Asie. La démarche de la Chine est donc éminement stratégique et vise un changement de potentiel de situation et non l’action. C’est typique en matière de stratégie chinoise qui évite autant que possible tout recour à la violence. Pour Tokyo, fortement secoué par le drame absolu des retombées de Fukushima que le gouvernement est en train de passer sous silence, voire  de totalement ignorer, le fait de jouer au supplétif du grand protecteur US dans le cadre de sa nouvelle stratégie en Asie du Nord-Est, lui confère un poids que le pays recherche désespérement depuis la perte de son influence économique il y a une vingtaine d’années.

Le Japon a déployé des avions de combat en réponse aux vols d’appareils militaires chinois au-dessus des eaux internationales autour de l’archipel d’Okinawa, proche d’îlots revendiqués par Tokyo et Pékin, indique la presse nipponne aujourd’hui.

La Chine dispose de l’épouvantail Nord-Coréen. Les Etats-Unis cherchent à enrôler le Vietnam au Sud et agitent un Japon en crise profonde dont les démons nihilistes peuvent à tout moment réapparaître…

4 thoughts on “Hostilités Chine-USA: chapitre 1, le Japon menace…

  1. Bonjour Strategika.
    Je commence à être assidu à votre blog! Ca se soigne ? Le problème étant que vos articles comme ceux avicennesy sont trop biens. Je developpe une addiction….la faute à vous 🙂

    Sinon pour en revenir au Japon.
    La lecture que j’ai du Japon, c’est déja un pays surendetté comme le Royaume Uni et leur parrain US. Je vois dans l’attitude des dirigeants japonnais, plus un test qui s’adresse aux US qu’une volonté réelle d’affrontement. Personne n’est dupe, le recul des US au moyen orient n’échappe à personne, que c’est un déclin généralisé de l’hégémonie US.

    Zbig au détour d’une conférence dans une université US -naturelement vous noterez que les medias aux ordres n’en touchent mots, et pourtant c’est un evenement considérable-vient d’en prendre acte :

    http://french.ruvr.ru/2013_10_24/La-diffusion-mondiale-de-la-force-a-sape-l-hegemonie-des-Etats-Unis-5770/
    Le Japon n’a aucun interêt à un affrontement avec la Chine, étant donné que c’est son premier partennaire. Les vociférations de Shinzo Abe, ne trompent personne, le Japon est entrain d’être absorbé par la Chine, comme un trou noir absorbe une planète, si les yeux impuissants de Washington pris dans la nasse d’une dépression economique. Derrière le semblant de protestations, nippon, Pekin et Tokyo ont recemment conclu un accord qui les excempt de régler leur commerce en dollar. C’est l’un des coups les plus térribles contre le $. Le tresor US pour éteindre l’incendie à bord de son titanic, l’arrose avec l’eau qui est entrain d’innonder le poste de commande, et provoque des courts circuits, le Quantitatif Easing.
    A terme ce qui est entrain de se préparer c’est un puissant bloc d’extreme orient qui pourrait rassembler la Chine, le Japon, et malheureusement la Russie.

    Je dis bien malheureusement, parce que l’Europe -à l’exception de l’Allemagne- n’a pas encore compris que son avenir est avec la Russie

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :