Stats

  • 6 181 283 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
30/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Recrudescence de saisies de produits chimiques à la frontière syro-turque.

Le principal parti d’opposition turc (le Parti Républicain du Peuple CHP) a soulevé des questions sur la saisie de matériel chimique, ainsi que de barils de fret non identifiés, dans des véhicules qui tentaient de franchir illégalement la frontière en direction de la Syrie ce week-end.

« Une personne a été arrêtée. Les barils qui sont suspectés de contenir des matières chimiques étaient à l’intérieur des véhicules. Le trafic va de la Turquie vers la Syrie. Ne soyez pas surpris si une déclaration suggérant que la personne arrêtée est un espion syrien, vient du gouvernement « , à déclaré Farouk Loğoğlu, vice-président du CHP, le 4 novembre.

Les unités frontalières de patrouille turcs ont saisis environ une tonne de souffre en plus de huit barils scellés, dont le contenu était inconnu, à partir d’un convoi tentant d’entrer illégalement dans le pays à partir de la Syrie, le 2 novembre, a annoncé l’état-major général dans un communiqué publié sur son site officiel .

Le convoi de trois véhicules a refusé de s’arrêter alors qu’il tentait de franchir illégalement la frontière près de la ville turque de Reyhanlı, selon le communiqué.

La police para-militaire a été obligée de tirer dans les pneus des véhicules pour les arrêter, et trois chauffeurs ont sauté et se sont enfuis en direction de la Syrie. L’un d’entre-eux a été arrêté, a déclaré l’état-major général, sans préciser la nationalité du suspect. Le butin de souffre et de l’autre substance non identifiée sera examiné par une équipe de spécialistes militaires, indique le communiqué.

Loğoğlu, quant à lui, a également exprimé ses doutes au sujet d’allégations selon lesquelles les groupes rebelles syriens radicaux cherchaient à se procurer des matériaux qui pourraient être utilisés pour produire du gaz sarin hautement toxique avait été découvert.

Par ailleurs, l’adjoint du CHP, Hursit Güneş a critiqué la libération du principal suspect dans la même affaire, après une audience devant un tribunal local à Adana le 30 octobre.

«Nous voulons que cette affaire ne soit pas classée. Si l’affaire à Adana est classée et les terroristes acquittés, alors ce sera une honte pour la Turquie. La Turquie ne peut pas être un endroit où des éléments d’Al-Qaïda peuvent être nourris et se reposer « , a déclaré Güneş .

Le suspect visé par Güneş, un citoyen syrien de 35 ans, identifié comme étant  Hytham Qassap , a été accusé d’établir une connexion avec un réseau en Turquie pour acheminer des matériaux chimiques pour le Front al-Nusra, al- Qaïda et les djihadiste des brigades d’Ahrar al-Sham.

L’acte d’accusation a été basé sur l’enquête concernant les produits chimiques saisis dans la province méridionale de Hatay à la fin Mai. Il contenait également le témoignage de Qassap dans lequel il aurait avoué ses liens avec les Brigades  d’Ahrar al-Sham et son déménagement pour la ville d’Antakya en suivant les instructions de son chef, Abou Walid.

Un article du Financial Times, publié le 1er Novembre depuis la ville de Öncüpınar dans la province d’Anatolie du sud, note que les 78.000 réfugiés de la ville étaient, désormais, plus nombreux que les 60.000 habitants.

 » Les combattants sont en Turquie pour se reposer, récupérer et de se regrouper avant la prochaine attaque en Syrie. Quatre combattants de la ville syrienne de Homs sont assis les jambes croisées sur le sol de leurs dortoirs exigus. Sur le mur à côté d’eux se trouvent les drapeaux de l’opposition syrienne, de la Turquie et le drapeau noir du djihad. Les hommes louent avec effusion Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre de la Turquie, pour le libre passage qu’Ankara leur a accordé pour la traversée de la frontière. «Qui est notre père? Qui est notre père? Demande Abu Mahir, un combattant pour un groupe connu sous le nom des Brigades de Farouk. «Père Erdogan, nous l’adorons », répond l’autre homme, a rapporté le Financial Times.

Article original (en anglais) ici.

%d blogueurs aiment cette page :