Publicités

La diplomatie gay de l’administration Obama

L’administration Obama a fait de la cause LGTB (Lesbian, Gay, Trans & Bi) une des priorités de sa politique étrangère. Partout, il s’agit d’utiliser cette question pour promouvoir l’idée que les États-Unis sont le pays de la liberté.

Dans cet état d’esprit, le département d’État a nommé plusieurs ambassadeurs ouvertement gays (John Berry en Australie, James Brewster en République dominicaine, James Costos en Espagne, Rufus Gifford au Danemark, David Huebner en Nouvelle-Zélande et Daniel Baer à l’OSCE).

Simultanément, la presse atlantiste décrit les adversaires des États-Unis comme homophobes (notamment l’Iran et la Russie).

Bien entendu, la réalité est très différente : aux États-Unis, la sexualité est libre, mais les homosexuels restent persécutés : selon le FBI, plus de 20 % des crimes de haine sont homophobes. En Iran, l’homosexualité ressort exclusivement de la vie privée tandis qu’Amnesty International persiste à présenter la condamnation à mort de pédophiles violeurs et tueurs d’enfants comme l’application de la peine capitale aux gays. En Russie, la Douma a adopté une loi interdisant la propagande homosexuelle envers la jeunesse (équivalente à l’article 227-24 du Code pénal français) afin de lutter contre la prostitution, mais Amnesty International dénonce un texte homophobe et appelle à boycotter les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi.

Voltairenet

Publicités

1 thought on “La diplomatie gay de l’administration Obama

  1. A reblogué ceci sur raimanet and commented:
    Amnesty International, Diplomatie, Diplomatie parallèle, Diplomatie publique, Politique étrangère US, USA
    ===
    grandeur … décadence … subway …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :