Un palais pour l’OTAN.

Par ailleurs, les pays membres contribuent directement aux budgets gérés par l’OTAN selon une formule de partage des coûts agréée qui est fondée sur leur revenu national brut relatif. Ces contributions ne représentent qu’un très petit pourcentage du budget de défense global de chaque pays membre et servent à financer l’activité des structures intégrées de l’OTAN. Les contributions directes se font généralement suivant le principe du financement commun, ce qui signifie que les pays membres mettent leurs ressources en commun dans un cadre OTAN.

Le financement commun permet de couvrir des besoins collectifs tels que ceux qui sont liés à la structure de commandement de l’OTAN, les systèmes de défense aérienne, de commandement et de contrôle en place à l’échelle de l’OTAN ou les systèmes de communication couvrant toute l’Alliance, autant d’éléments dont aucun pays membre n’assume seul la responsabilité.

Ceci est une partie du mode de financement de l’OTAN. Le plus important à retenir, dans ce texte, est la première phrase écrite en gras:

« Ces contributions ne représentent qu’un très petit pourcentage du budget de défense global de chaque pays membre… »

Effectivement, le budget de l’Otan, divisé par le nombre de pays membres (28), ne représente pas grand-chose pour ces même pays. Mais la note pourrait vite grimper, voire même atteindre des sommets. Le siège actuel de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, datant de 1967, et situé à Bruxelles, est en passe d’être remplacé. La construction de ce projet sera achevé en 2016 et aura coûté…un milliard de dollars!

Rappelons, si cela est nécessaire, que l’OTAN fut fondé comme un rempart contre le pouvoir soviétique. Pouvoir qui a disparu en même temps que l’URSS. Ceci dit, les nouveaux états membres viennent en grande majorité des anciens pays de l’Est, et les nouveaux systèmes de défenses ont tendance à être pointés sur la Russie. Alors, dans ce cas-là, pourquoi vouloir à tout prix construire un siège social flambant neuf, lorsque les états qui financent sont obligés de se serrer la ceinture – crise oblige – et que les budgets alloués aux différents ministères de la Défense sont tous revus à la baisse? C’est un
adjoint au secrétaire général – Matthew Klimow – qui en parle le mieux:

«C’est un bâtiment fonctionnel qui nous permettra de dire au monde que l’OTAN est prête à relever les défis du 21e siècle« 

Et aussi:  « (…)que l’ancien siège de l’OTAN a été conçu pour durer seulement une décennie quand il a ouvert en 1967. »

On est en droit de se demander si cette construction pharaonique – avec une entrée principale de trente deux mètres de hauteur, on est bien sur de la construction pharaonique – a une utilité, lorsque l’Organisation en question se contente (hormis le déploiement en Afghanistan) de proposer des jeux de guerre sur l’ensemble du territoire européen, voire même en Asie Mineure. Après celui qui mobilisa 6 000 hommes en mer Baltique, la semaine dernière; le prochain grand rendez-vous aura lieu l’an prochain en Espagne et au Portugal, et devrait voir le déploiement de 40 000 soldats.

La seule conclusion que je puisse en tirer, est que l’OTAN ne risque pas d’être dissoute dans les années à venir, et que l’on risque de voir, un jour, la concrétisation de tous ces entrainements. Sans oublier que dans ces bâtiments, il doit bien y avoir quelques salles dédiées aux écoutes, et autres espionnages. En effet, quoi de plus simple et de moins onéreux, que de centraliser ce genre d’activités…

Pour voir les photos et l’article dont elles sont issues, c’est ici.

Publicités

One Reply to “Un palais pour l’OTAN.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.