La diplomatie française a perdu la face lors de l’accord sur le nucléaire iranien, qu’à cela ne tienne, son porte-paroles – Laurent Fabius – c’est trouvé un nouvel objectif: Genève II.

Ce ne sont pas les idées qui lui manquent. Il vient de déclarer à la radio France Culture:

« Genève 2 va se tenir, mais je rappelle que l’objet de Genève 2, ce n’est pas d’avoir une conversation de café du commerce sur la Syrie, c’est un consentement mutuel entre les représentants du régime, sans Bashar, et l’opposition modérée (pour) arriver à faire un gouvernement de transition doté de tous les pouvoirs »

Exit, donc, le président syrien. Exit aussi les terroristes:

« C’est très difficile, mais c’est la seule solution qui permette à la fois de ne pas avoir M. Bachar al-Assad et de ne pas avoir les terroristes », a souligné M. Fabius. « C’est une position juste. Les Américains maintenant soutiennent cette position. Tant mieux ! », a-t-il ajouté.

Resterait, finalement, que les représentants du régime – qui seront triés sur le volet, lors d’une réunion entre le médiateur de l’ONU, Lakhdar Brahimi, et les participants russes et américains; réunion annoncée pour la fin Décembre – et l’ASL. Re-problème, l’Armée Syrienne Libre, ne veut pas participer à la conférence! D’ailleurs, le chef de L’ASL, le général Salim Idriss, a déclaré à la télévision al-Djazira:

« Nous ne cesserons pas le combat pendant la conférence et après celle-ci. Ce qui nous préoccupe, c’est d’acquérir les armes dont nos combattants ont besoin« 

Du coup, si on enlève Bashar al-Assad, les terroristes, et l’ASL, il ne va pas rester grand-monde. Mis à part Laurent Fabius, of course.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.