Stats

  • 6 223 000 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
21/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Conflit en Syrie: Damas domine le terrain…Que fera Tel-Aviv?

La progression de l’armée syrienne au Qalamoun, à Damas, à Lattaquié et à Alep continue tandis que le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Al-Mokdad a pour la première fois publiquement révélé, lors d’un entretien à la chaîne d’information en continu Al-Mayadeen,  hier;  que la Jordanie accueillait des postes de commandements conjoint américains, israéliens, saoudiens.

A Damas et plus précisément à la Ghouta orientale, la farouche résistance des factions rebelles face à l’avancée des troupes syriennes, avant la mise en place d’un siège implacable, a mis en évidence la participation de forces spéciales étrangères au sein des factions les plus extrémistes de la rébellion. L’information n’est pas nouvelle. Des agents et commandos israéliens (souvent des Arabes israéliens ou des palestiniens et des jordaniens travaillant pour les unités spéciales du renseignement israélien en se faisant passer pour des éléments du Hamas) agissent en Syrie depuis des mois. A ces forces, s’est ajouté l’apport saoudien avec le déploiement de dizaines d’officiers de liaison au sein de Jobhet Ennosra. Au Nord du pays, les enragés extrémistes de Daech sont commandé par un ressortissant français tandis que des informations non confirmées émanant de l’armée syrienne ont évoqué à plusieurs reprises l’infiltration de commandos étrangers à partir du littoral de la province de Lattaquié.

Les communications des unités de la garde républicaine syrienne et  des unités d’élite du Hezbollah sont brouillées par les israéliens. L’offensive rebelles en provenance de Jordanie, conçue et planifié par les américains et les israéliens, a été éventée aux syriens par des officiels jordaniens.

Mais c’est à la Ghouta orientale, lieu rendu célèbre par l’usage d’armes chimiques, que l’armée syrienne a décidé de frapper un grand coup. Les syriens savent depuis longtemps que les israéliens procèdent au brouillage des communications de leurs unités d’élite à chaque offensive rebelle. C’est le cas de la brigade chargé de la défense de Damas et de la garde républicaine. Bien plus, le choix des cibles à attaquer par les rebelles (sites de missiles SAM, infrastructures énergétiques, aérodromes, dépôts d’armes et de munitions, etc.) est fixé par les analystes israéliens, lesquels fournissent aux rebelles syriens des images satellite en temps réel de la situation sur le terrain. Or, l’offensive de l’armée syrienne sur la Ghouta a mis en difficulté les centres de commandement de la rébellion. Des renforts soutenus directement par l’Arabie Saoudite et Israël ont échoué à briser le siège de la Ghouta. Ce que l’on sait moins est que ces renforts visait moins à secourir les rebelles qu’à porter assistance aux officiers des renseignements israéliens et saoudiens piégés à la Ghouta. Plus de 500 rebelles ont péri en une semaine de combats dans cette zone dont près de 80 officiers de liaison venus d’Arabie Saoudite et un nombre indéterminé de palestiniens travaillant pour le compte d’Israël.

Une victoire de l’armée syrienne pourrait inciter Israël à intervenir directement dans le conflit. La visite du Premier ministre syrien à Téhéran où il s’est félicité de la victoire stratégique de l’Iran à l’issue des négociations sur le nucléaire cache à peine une concertation stratégique à l’échelle régionale. Le Premier minisre syrien Wael Al-Halki s’est dit convaicu de la victoire définitive de son pays sur ses ennemis. Mais en privé, le responsable syrien s’est entretenu avec les iraniens sur l’éventualité d’une guerre déclenchée par Israël et l’Arabie Saoudite, oeuvrant pour le compte des États-Unis pour tenter d’enrayer une victoire inéluctable de l’axe Moscou-Damas-Téhéran-Pékin au Moyen-Orient.

Le Premier ministre syrien Wael Al-Halki, en visite à Téhéran.
Le Premier ministre syrien Wael Al-Halki, en visite à Téhéran.

%d blogueurs aiment cette page :