Stats

  • 6 240 485 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
29/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Pour l’Arabie Saoudite et Israël, l’Iran est l’ennemi commun…

Le prince saoudien Al-Walid Ben Talal Ben Abdel Aziz, petit-fils du roi Ibn Saoud, fondateur de l’Arabie saoudite a martelé lors d’un entretien avec la chaine US Bloomberg TV que «l’Arabie saoudite, les Arabes et les musulmans sunnites approuvent une attaque israélienne contre l’Iran pour détruire son programme nucléaire» en soulignant que «les Arabes estiment que le danger auquel ils sont confrontés vient de l’Iran et non pas d’Israël» en conseillant à  Israël   à  faciliter le processus de paix avec les Palestiniens «car cela nous aidera à isoler l’Iran et à affaiblir le Hezbollah».

Mais c’est le Président US Barack Hussein Obama qui a fait l’objet d’une attaque en règle de la part du prince saoudien. Pour Al-Walid Ben Talal, Obama n’est qu’une marionnette dont la parole ne vaut rien surtout qu’il est confronté actuellement à de très graves problèmes politiques. Il ajoutera que  «Nous et les Israéliens sommes concernés pas cette question et sommes inquiets. Les dirigeants d’Israël et d’Arabie saoudite s’inquiètent du fait qu’Obama prend de plus en plus le parti de l’Iran ».  Le prince s’est moqué de l’appel téléphonique qui a eu lieu entre Obama et son homologue iranien Hassan Rouhani, affirmant qu’«il ne vaut rien».

Les saoudiens sont si furieux de l’Accord sur le nucléaire iranien et du développement de la situation en Syrie qu’ils ont activé l’option ultime, connu sous le nom de code « Samson » visant à se doter dans un délai très bref auprès d’un État client de l’arme nucléaire pour faire face à un Iran doté d’une telle arme. Le prince Al-Walid ne l’a pas dit mais il est désormais avéré que Ryad a décidé de se doter de l’arme de dissuasion ultime.

Concernant le conflit en Syrie dans lequel l’Arabie Saoudite est un des protagonistes, le prince Al-Walid a émis de sérieux doutes quant au démantèlement de l’arsenal chimique syrien en affirmant: «Vous pensez qu’il n’y a plus d’armes chimiques en Syrie?  Celui qui en a fabriqué la première fois peut en fabriquer encore». A la question de savoir s’il croyait que la Syrie a démantelé son arsenal chimique, le prince saoudien a répondu par la négative en affirmant que le pouvoir de Damas l’a transféré auprès de ses alliés dans la région et n’a laissé que les stocks périmés.

%d blogueurs aiment cette page :