Stats

  • 6 240 485 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
29/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Protestations anti-governementales en Ukraine et en Thaïlande ou la stratégie du coup de ciseau

Une vue prise par une caméra aérienne volant au-dessus des protestations anti-gouvernementales en Thailande. Crédit photo CNET
Une vue prise par une caméra aérienne volant au-dessus des protestations anti-gouvernementales en Thailande. Crédit photo CNET
Manifestation pro-UE en Ukraine. A noter l'alliance entre les Femen et les vrais faux néonazis.
Manifestation pro-UE en Ukraine. A noter l’alliance entre les Femen et les vrais faux néonazis.

La partie d’échecs continue entre l’empire et ses deux rivaux russe et chinois. Au petit bras de fer attendu depuis longtemps entre Moscou et l’Union européenne sur l’Ukraine répond l’offensive chinoise en Thaïlande où des manifestations populaires tentent de démettre le gouvernement pro-US.

L’Union européenne n’est qu’au mieux un faire valoir, au pire un outil jetable que Washington utilise contre la Russie. Ce mouvement était prévisible. L’échec de la stratégie US au Moyen-Orient face au blocage sino-russe ne pouvait passer sans quelques représailles assez sérieuses. Voire une contre-offensive. C’est la stratégie du coup de ciseau. Washington agit en Ukraine où la population fantasme sur l’adhésion de leur pays à une Union européenne vouée aux gémonies par la plupart des populations des vieux pays d’Europe Occidentale. Tout y passe: les mouvements néonazis tels que Svoboda, les Femen, les vrais faux écolos, les néolibéraux, les partisans d’un capitalisme pur et dur, les geeks, les punks, etc.

L’offre du Président russe Vladimir Poutine au Président Ioukachenko d’Ukraine est fort concrète et plus profitable que celle miroitée par Bruxelles. Pour Moscou, pas question d’une extension de l’Otan à ses flancs Ouest. La vassalisation des États Baltes fantoches et l’anomalie géorgienne suffisent amplement.

De l’autre côté de la planète, en Asie du Sud-est, d’autres protestations. Couleur dominante le jaune. Cible: le régime pro-américain géré à distance par Thaksin Shinawatra via sa sœur Yingluck Shinawatra . Les médias atlantistes ne sont pas très contents. Mais alors pas du tout. Mauvaise nouvelle: Pékin utilise l’ingénierie des révolutions colorées à son tour!  La boucle est bouclée…La Chine ne veut pas d’une Thaïlande vassalisée aux États-Unis dans le contexte actuel des blocs régionaux et de la stratégie d’endiguement suivie par Washington à son égard.

Vive les révolutions spontanées!

%d blogueurs aiment cette page :