Zone d’Identification de Défense Aérienne en Mer de Chine: la Corée du Sud s’y met, elle aussi.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Zone d’Identification de Défense Aérienne (ZIDA) instaurée de façon unilatérale par la Chine, est responsable d’une levée de boucliers dans cette région de l’Asie.

Parmi les opposants, nous trouvons le Japon, la Corée du Sud, et les Philippines.

Le Japon: La Chambre haute du régime a adopté, samedi, à l’unanimité une résolution demandant à la Chine de retirer immédiatement sa récente mise en place d’ une zone d’identification de défense aérienne au-dessus de la mer de Chine orientale.
La résolution affirme le Japon ne peut pas accepter la déclaration de la ZIDA  parce que la Chine traite de l’espace aérien sur les îles Senkaku au Japon comme si c’était son propre territoire. Elle déclare, en outre, que la déclaration constitue une grave violation de la souveraineté territoriale du Japon.

La résolution affirme que la zone d’air restreint la liberté de vol au-dessus de la haute mer.
Elle dit aussi que la ZIDA va accentuer la tension en mer de Chine orientale, et compromettre la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique.
La Chambre basse a adopté une résolution similaire la veille.
Fumio Kishida ministre des Affaires étrangères déclare que le Japon coopère étroitement avec les États- Unis et d’autres pays pour faire face calmement et résolument à la tentative de la Chine à changer le statu quo par la force.
Il a ajouté que le gouvernement est déterminé à protéger les terres, les eaux et l’espace aérien du Japon.

Les Philippines, quant à elles, ont décidé de travailler avec le Japon, afin de faire cause commune face à la ZIDA. Cette coopération a été mise en place suite à la visite du Ministre de la Défense japonais, Itsunori Onodera, à Manille.
Voltaire Gazmin – secrétaire philippin à la défense – a déclaré que les Philippines avaient exprimé leurs préoccupations sur cette décision chinoise, qui crée des tensions dans la région.

La Corée du Sud a arrêté un plan visant à élargir sa zone d’identification de défense aérienne, au cours d’une conférence de coordination sur la politique de la sécurité nationale hier à la Cheongwadae. Cette réunion a été présidée par le secrétaire présidentiel à la sécurité nationale, Kim Jang-soo.
Si l’on en croit un responsable de la Maison bleue, le gouvernement dévoilera demain le détail de ce plan aux ministères concernés après avoir obtenu l’approbation de la présidente Park Geun-hye et avoir consulté les pays voisins.
La réunion d’hier fait suite à la rencontre entre Park Geun-hye et le vice-président américain Joe Biden. La chef de l’Etat sud-coréen a saisi cette occasion pour faire part à son interlocuteur de la position de son gouvernement au sujet de l’annonce unilatérale par la Chine de sa zone de défense aérienne la semaine dernière.
La nouvelle zone d’identification de défense aérienne sud-coréenne devrait recouvrir le récif de Ieado, l’île de Marado et celle de Hongdo au sud du territoire. Elle chevauche la ZIDA chinoise et japonaise. De quoi donner du fil à retordre aux pilotes des avions survolant les-dites zones.

Japon, dernière minute: TEPCO a relevé un rayonnement de 25 sieverts par heure sur une conduite, qui relie les bâtiments des réacteurs et la tour de ventilation de 120 mètres de haut.
Le niveau de rayonnement est estimé être le plus élevé jamais détecté à l’extérieur des bâtiments des réacteurs. Les personnes exposées à ce niveau de rayonnement mourraient dans les 20 minutes.
Le tuyau d’échappement en question a été utilisé pour libérer des gaz radioactifs après le déclenchement de l’accident il y a 2 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.