Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

On est en mesure, aujourd’hui, de savoir ce qui différencie la diplomatie russe, de la diplomatie Occidentale, et plus précisément américaine. Exemple: Un accord temporaire a été signé, il y a quelques semaines, à Genève entre l’Occident et l’Iran; laissant à ce pays, six mois pour finaliser un arrêt de son programme nucléaire.

Le monde entier s’est félicité de cette signature, même s’il y a eu quelques grognements du côté de Tel-Aviv et des pays du Golfe. Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des monde. Hélas, trois fois hélas, c’était sans compter sur l’inconstance de la diplomatie US. Cependant, on ne peut pas vraiment dire que le couac vienne du ministère des affaires étrangères, non, il vient de l’opposition républicaine et précisément de Jonh Mc Cain. Ce dernier vient de déclarer sur CNN:

“Je pense qu’il est très probable que nous pourrions avoir un projet de loi sur des sanctions, qui prendraient effet à la fin des six mois, s’il n’y a pas de résultat dans les négociations; c’est à mon avis ce qui se passera.”

McCain a également déclaré qu’il n’était pas d’accord avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry sur le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium.

” Il (Kerry) pense que l’accord stipule que, fondamentalement, les Iraniens soutiennent le droit à l’enrichissement. Je ne pense pas que cela devrait être le cas après leur mensonge la tricherie et la dissimulation dont ils ont fait preuve, depuis toutes ces années . Les centrifugeuses continuent de tourner. Nous faisons une pause alors qu’ils poursuivent (l’enrichissement), nous assouplissons les sanctions alors qu’ils continuent une bonne partie de leurs activités .”

Lors d’une audition au Sénat la semaine dernière, Kerry a défendu le récent accord. Il a exhorté les législateurs à ne pas voter une nouvelle législation sur des sanctions contre l’Iran. L’administration américaine , cependant, a imposé de nouvelles sanctions, Jeudi dernier, à l’encontre d’un certain nombre de sociétés iraniennes et d’individus, prétendant qu’ils sont liés aux activités nucléaires de l’Iran. La réaction a été immédiate du côté de Téhéran, les négociations ont été suspendues. 

Cette exemple n’est qu’un parmi tant d’autres, mais il fait la lumière sur la faiblesse de la politique intérieure américaine. On pourrait penser que ce n’est que ça, de la politique politicienne, le clan républicain qui décide de mettre des bâtons dans les roues d’Obama, à défaut d’avoir pu faire annuler sa couverture sociale; mais le problème est bien plus profond, et connu de tous. Même le chef de la Commission de la politique étrangère de la sécurité nationale et du parlement iranien, Alaeddin Boroujerdi, a déclaré que:

L’action récente des Américains montre aussi qu’ils ne sont pas indépendants dans leurs politiques et suivent simplement les lobbies sionistes.”

Sans vouloir jouer les Cassandre, je pense que l’accord ne tiendra pas six mois. Il ne faudrait pas oublier que le Shutdown a accouché d’un accord qui permet au Trésor américain d’emprunter jusqu’au 7 février, et à l’Etat fédéral de n’être financé que jusqu’au 15 janvier. Cependant, un compromis budgétaire a été conclu le 10 Décembre au Congrès américain pour une période de deux ans afin d’éviter une nouvelle fermeture des administrations gouvernementales le 15 janvier et de fixer le niveau des dépenses fédérales jusqu’au 1er octobre 2015. Malgré cela, les lobbies ne vont pas lâcher l’affaire. Si le chef de la diplomatie US veut sauver les apparences, le gouvernement Obama devra faire des concessions.

Comme on l’a vu, le président des Etats-Unis ne veut pas renoncer à sa couverture sociale pour les plus démunis, donc l’équation est simple, sur quelle partie de son programme peut-il encore faire des concessions, sinon sur sa politique extérieure? Voilà en partie pourquoi, selon moi, Tel-Aviv s’est contenté de pousser des cris d’orfraie. Bibi savait, dés l’accord signé, que les USA rentreraient dans les rangs.

 

3 thoughts on “De l’inconstance de la diplomatie US.

  1. La politique est ainsi faite, elle pourrit tout ce qu’elle touche. Les hommes, l’économie, les libertés, mais toujours au nom d’un idéal, d’un principe fédérateur, d’une grande cause.
    Et systématiquement, ce sont les mêmes qui dérouillent.
    De plus, un politicien ne pourra jamais imaginer que ce qui le motive, peut être la même source de motivation pour un autre politicien, d’un autre pays.
    Un homme qui rentre en politique abandonne tous ses idéaux, et ne pourra plus quitter ce monde inique, comme vous dites. Mis à part Charles Hernu, mais c’était il y a longtemps…

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :