Stats

  • 6 637 002 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
07/03/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Le temple de la discorde…

Il est des agissements qui en disent plus qu’un long discourt. Le geste que vient de faire le premier ministre japonais Shinzo Abe en fait partie. Le geste en question pourrait paraître anodin, mais sa visite au temple Yasukuni n’est pas sans soulever des questions.

Petit rappel: le temple Yasukuni est un sanctuaire shinto situé en plein coeur de Tokyo, et qui rend hommage aux japonais ayant donné leur vie pour l’Empereur du Japon. Il y a ainsi quelques deux millions d’âmes qui y seraient sanctifiées. Dont celles des soldats de la deuxième guerre mondiale, celles des soldats ayant colonisé une partie de l’Asie (Chine, Corées…), et enfin celles d’hommes ayant été déclaré criminels de guerre soit par les alliés, soit par le Japon lui-même. D’où la polémique.

Plus simplement, la visite de ce temple peut se comprendre d’un point de vue purement religieux, mais faire le geste d’aller prier les âmes des guerriers morts pour le Japon en pleine tourmente avec la Chine sur les rivalités concernant les îles Senkaku/Diaoyu, peut paraître osé, voire provocateur. D’ailleurs, la communauté internationale n’a pas tardé à faire connaitre son incompréhension. La Chine, la Corée du Sud, la Russie et les USA n’ont pas apprécié, c’est le moins que l’on puisse dire.

Imaginez ce que pourrait penser cette même communauté internationale si François Hollande allait se recueillir sur la tombe du maréchal Pétain. Il aurait beau jeu de se justifier en disant vouloir rendre hommage au combattant de la première guerre mondiale, ces détracteurs n’y verraient qu’un hommage à celui qui dirigea la France occupée durant la seconde guerre mondiale.

Alors même si Shinzo Abe tente de se justifier en disant:

(…) qu’il est de pratique courante pour les dirigeants du monde entier de prier pour les âmes des personnes décédées dans des guerres.

Il n’en reste pas moins que cette vision n’est absolument pas partagée. Cette levée de boucliers avait été lancée au début des années 2 000, lorsque l’ancien premier ministre du Parti Libéral-Démocrate (droite) avait décidé d’aller honorer de sa visite le temple de Yasukuni tous les ans.

Est-ce une énième bravade du gouvernement Abe, ou bien s’agit-il d’une réminiscence d’un sentiment nationaliste qui ne dit pas -encore – son nom?

%d blogueurs aiment cette page :