Archives mensuelles : janvier 2014

Mort de Hiroo Onoda, dernier soldat de l’empire Nippon à capituler…

Le dernier soldat japonais à capituler après la défaite de son pays lors de la seconde guerre mondiale est mort à l’âge de 91 ans. Ce dernier a continuer à combattre aux Philippines jusqu’en 1974…Il a fallu qu’on dérange son ex-commandant d’unité et l’envoyer dans la jungle pour convaincre Onoda de déposer les armes!  Onoda, un officier du renseignement spécialisé dans la lutte anti-guérilla fait partie des dizaines de soldats japonais disséminés dans toute l’Asie-Pacifique qui ont refusé de croire à la capitulation du Japon en 1945 et ont décidé de poursuivre le combat en obéissant aux ordres initiaux de ne jamais se rendre.

Revenu au Japon qu’il ne reconnait plus, Onoda s’installe au Brésil et devient asez célèbre en fondant une école de survie. Son cas est cité dans presque tous les centres de formation des forces spéciales à travers le monde et a inspiré une douzaines de films, parfois humouristiques, sur l’obssession jusque-boutiste de ces soldats oubliés qui ont continué à se croire en guerre des années après la fin de la seconde guerre mondiale.

Avec de tels soldats, on peut imaginer ce qui serait advenu du Japon si l’empereur Hiro Hito n’avait pas décidé seul d’arrêter la guerre contre l’avis de l’ensemble de ses généraux…

Printemps Arabe: le bilan d’une vraie guerre…

L’opération d’ingénierie du chaos baptisée par certains “Printemps Arabe” ayant déferlé sur des pays du monde Arabe à partir des derniers jours de l’année 2010 a causé un préjudice de près de 800 milliards de dollars US aux pays de la région MENA (Middle-East & North Africa ) selon Mikhaïl Margelov, le président de la commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération de Russie (haute chambre du parlement russe).
Le Printemps Arabe a destructuré les économies de pays autrefois stables comme la Tunisie, l’Egypte et ruiné un pays prospère, la Libye. La chute du pouvoir étatique dans ce dernier pays a contribué à la création d’un vacuum sécuritaire au Sahel.
En Syrie, la guerre civile fait rage depuis presque trois ans sans discontinuer. Soutenu par une armée déterminée, Damas considère son combat contre une rébellion soutenue par ses adversaires régionaux traditionnels et son ennemi juré avec lequel il est toujours techniquement en guerre, Israël,  comme une guerre régionale entre deux alliances.
Les évènements très limités de Tunisie ont causé la mort de 300 personnes. Mais l’économie du pays n’a pas survécu aux troubles et ne subsiste que grâce à l’aide internationale. En Egypte, pays de 94 millions d’habitants, les troubles à l’ordre public ayant mené à la destitution formelle de Moubarak par une branche des forces armées ont causé la mort de 800 civils et 200 membres des personnels des services de sécurité.
Des sources officielles libyennes estiment les pertes humaines lors de la guerre en Libye (17 février-26 octobre 2011) à 30 000 morts et plus de 50 000 blessés. D’autres sources indépendantes estiment cependant ce bilan à 70 000 morts dont près de 20 000 causés par les raids aériens et l’artillerie navale de l’Otan.
En Syrie, le bilan humain est bien plus lourd et avoisine les 130 000 morts et 390 000 blessés. Plus de 4.5 millions de syriens se sont réfugiés à l’exterieur du pays. Sur le terrain, 35000 militaires, 28 000 miliciens pro-gouvernementaux et près de 79 000 rebelles ont péri dans les combats.  Plus de  12 000 combattants étrangers portant les nationalités de 83 pays ont péri sous le feu de l’armée syrienne jusqu’ici.

Malte, suite des ventes de citoyennetés européennes.

Au mois de Novembre, j’avais écrit un article intitulé: “Vous voulez devenir citoyen européen? Facile, mais il vaut mieux être riche.”  où je racontais la vente de la citoyenneté européenne par Malte pour la modique somme de 650 000€. L’Etat espérait ainsi renflouer ses comptes, tout en permettant aux acheteurs de ne pas résider sur le territoire pendant un temps minimum, comme cela se fait en Angleterre, en Grèce et au Portugal.

Il semblerait que le parlement européen ne soit plus très chaud. Il vient de demander au plus petit Etat membre de ne plus vendre la citoyenneté européenne. La résolution adoptée par les législateurs de l’UE jeudi à Strasbourg dit que le programme de Malte porte atteinte à la notion de citoyenneté européenne. Les législateurs européens disent que la citoyenneté ne devrait pas être vendue comme une marchandise.

Au nom de quoi la citoyenneté européenne n’est pas une marchandise? L’UE n’a t-elle pas été créée pour permettre la libre circulation des marchandises? Au regard du libéralisme ambiant, l’homme n’est-il pas considéré comme une marchandise – ayant une valeur plus ou moins grande? Si les foie-gras fabriqués en Pologne ont le droit de circuler en toute liberté et même de pouvoir posséder le label Made in France, il en va de même pour les hommes; sauf pour les Roms…

Souvenez-vous du fameux plombier polonais qui allait inévitablement précipiter la France dans la récession et le chômage, par la seule faute de son aptitude à pouvoir se déplacer comme il le souhaite à travers l’Union Européenne? A l’inverse, personne – au gouvernement français – n’en voulait au médecins roumains venus combler le déficit de généralistes en France.

Mais pour en revenir à la colère de l’UE, ne s’agirait-il pas plutôt d’une forme de jalousie? En fait Madame Europe ne touche pas sa commission…Sauver un pays de la faillite c’est bien, le faire en reversant une partie des revenus à l’Union Européenne, c’est beaucoup mieux.

Il est à noter une chose intéressante sur cette article, car je l’ai écrit aprés l’avoir lu sur un site…japonais! La NHK, pour être précis.

Et voici des nouvelles des USA!

Les dépêches. Voici ce qui fait marcher la machine à propagande écrite. Une grosse partie des journalistes se contentent de développer ces minis-articles, plus ou moins véridiques, plus ou moins crédibles. Je ne suis pas journaliste, loin de là, mais je fais comme eux; de temps en temps, je consulte les dépêches des différentes agences, de par le monde, afin de voir ce qui se passe de beau sur cette planète. Et là, à l’instant, je suis tombé sur des ersatz d’informations; que je vais de ce pas vous livrer.

1- Le Pentagone prêt à entraîner des troupes irakiennes dans un pays tiers.

Cette dépêche nous apprend que l’armée américaine est prête à entraîner dans un pays tiers des forces irakiennes pour des missions antiterroristes afin de combattre les insurgés liés à al-Qaïda (…)
Sous réserve d’un accord de la Jordanie pour accueillir soldats américains et irakiens, cette coopération va vraisemblablement être mise en oeuvre, Washington et Bagdad soutenant l’initiative, a ajouté ce responsable, qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat.

Et oui, les USA ne veulent pas prendre le risque de renvoyer des soldats sur place pour entrainer l’armée irakienne. Je devrais plutôt dire les risques, car, en plus des attentats qui pourraient les viser, il ne faudrait pas omettre de signaler les problèmes judiciaires. Avouez que cela ferait tâche si les généraux instructeurs se retrouvaient enfermés à double tour pour crimes de guerre…

2- Ukraine: Kerry fustige des lois contraires aux règles démocratiques de l’UE

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a fustigé vendredi les nouvelles lois adoptées par l’Ukraine contre l’opposition, les jugeant contraires aux règles démocratiques de l’Union européenne.
M. Kerry a estimé devant la presse que cette législation était antidémocratique et violait les normes de l’OSCE et de l’UE, des institutions auxquelles l’opposition ukrainienne veut adhérer, au contraire du régime de Kiev qui s’est rapproché de Moscou.

Faut-il que l’Europe soit devenue si transparente sur le plan diplomatique, lobbyiste et subversif; pour qu’elle soit obligée de faire appel au Secrétaire d’Etat américain. Il est vrai que depuis que l’Ukraine a signé des contrats avec la Russie, les chantres de l’ultra-libéralisme de l’Europe de l’Ouest ont eu une certaine tendance à rapatrier leurs troupes, et à faire taire les clameurs politiques qui voyaient en l’Ukraine un pays avec une main d’oeuvre qualifiée, qui ne demande pas grand chose en salaire – ce que les ouvriers auraient obtenus sans difficultés – et aux portes de l’UE. Mais la suite de cette dépêche vaut son pesant d’or…

Nous pensons profondément que le peuple ukrainien veut être affilié, veut être associé avec l’Europe, a affirmé le chef de la diplomatique américaine.
Et, a brocardé M. Kerry, ce genre de manoeuvre antidémocratique est extrêmement troublante et devrait inquiéter tous les pays qui veulent voir le peuple ukrainien pouvoir, non seulement exprimer ses souhaits, mais également les voir exaucés.

Et aux Etats-Unis, les souhaits du peuple sont-ils exaucés? Et peuvent-ils les exprimer?

3- Les Etats-Unis n’espionneront plus les dirigeants alliés

“J’ai été très clair vis-à-vis de la communauté du renseignement: à moins que notre sécurité nationale soit en jeu, nous n’espionnerons pas les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis”, a déclaré le président américain lors d’un discours consacré à une réforme des opérations de surveillance gouvernementales.

Pour un peu on y croirait! Mais l’indice est ici: “à moins que notre sécurité nationale soit en jeu…” Sachant que la sécurité intérieure des USA est toujours au centre des attentions d’Obama et de ses prédécesseurs, l’espionnage a encore de beaux jours devant lui. N’empêche que Julie Gayet peut s’enorgueillir du fait d’être devenue espionnable par la NSA. Quelle chance! C’est peut-être pour la raison inverse, que l’actuelle première dame a fait une dépression…

4- Obama: des années avant de mesurer les dégâts provoqués par Snowden

WASHINGTON – Barack Obama a affirmé vendredi qu’il faudrait peut-être des années avant de mesurer pleinement les dégâts provoqués par les révélations de l’ancien analyste du renseignement, Edward Snowden, sur les programmes américains de surveillance.

Finies les belles phrases qui fustigeaient les agissements de la NSA. Finies les phrases qui remerciaient Edward Snowden d’avoir révélé les ignobles façons de faire du nid d’espion américain. Non, tout ceci est oublié. Ed. Snowden a fait des dégâts. Des dégâts. Comme un gosse qui casserait le vase de la grand-mère. Comme un djihadiste qui retournerait son arme contre des rebelles sensés être du même bord. Comme un ex-premier ministre israélien qui détournerait la tête pendant que ses troupes investissent un camp de réfugiés. Bref, des dégâts. Mais à quel niveau? Diplomatique ou secret? Si sur le plan diplomatique il y a eu quelques demande de clarifications (mais du bout des lèvres, il ne faudrait pas fâcher Obama), sur le plan de l’espionnage, les tours de passe-passe de la NSA ont été en partie divulgués. Mais je ne m’en fais pas trop, ils ont sûrement plus d’un Prism dans leur sac…