All current weapons systems are overrated and unfit for post modern warfare.

Décidément, l’acte premier de la Conférence de Genève II, tenu à Montreuil, en Suisse, n’a pas été sans certaines surprises. La complexité du discours et la sophistication de la réthorique anti-impérialiste de la Syrie a non seulement étonné plus d’un mais ont rappelé aux adversaires de la Syrie à qui ils ont réellement affaire.

Lors des négociations de Madrid en 1991, la délégation syrienne n’avait pas hésité à brandir à la face des fondés de pouvoir israéliens, un ancien avis de recherche datant du mandat britannique sur la Palestine concernant Ythzak Shamir, coupable de terrorisme, sabotage et homicide et qui se trouvait être à l’époque des négociations le Premier ministre israélien!

Malgré l’exclusion de l’Iran suite à d’insoutenables pressions sur l’ONU par les puissants du monde, la délégation syrienne a fait l’objet de plusieurs déboires. En escale en Grèce, les autorités refusent l’approvisionnement de l’appareil conduisant le ministre syrien des Affaires étrangères à Montreuil avant de lui exiger un paiemant en liquide. Une journée auparavant, Paris annonce avec bruit que son espace aérien est interdit à la délégation syrienne. Une spécialité et une exclusivité mondiale du Parti socialiste français puisque le Président du Paraguay, Evo Morales, en a déjà fais les frais de par un passé récent. Mais passons. Le Fair Play n’a jamais été une qualité prominente des pays soutenant le terrorisme et la poursuite de la guerre en Syrie.

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki Moon, s’efforce d’appeler l’ensemble des bélligérants à cesser les combats et à parvenir à un consensus acceptable par toutes les parties. Son représentant spécial pour la Syrie, Lakhdar Brahimi cachait cependant mal son pessimisme. Connaissance intime du rapport des forces réel oblige.

Disons le d’emblée et sans aucun détour. Un pays comme le Royaume-Uni est fort mal représenté par un Hague manifestement incompétent. Pour la France, Laurent Fabius a prouvé une nouvelle fois qu’il n’a rien à voir, ni de près ni de lois, avec la diplomatie. Les autres Chefs de la diplomatie de la Turquie, du Qatar et d’Arabie Saoudite n’ont pas brillé par leurs discours. Pis, le ministre jordanien des Affaires étrangères a commis une bourde en assimilant la Conférence de Genève II à une Conférence de donateurs des « amis de la Syrie ».

Demeure le plat de résistance: le Secrétaire d’Etat US, John Kerry, agissant sur instructions, a tenté d’intimider la partie syrienne en lui proposant indirectement un  » Do it like we want it to be or you will be sent back to the stone age! ». En vain. La menace du tapis de bombe aura vécu. Les Russes et les Chinois étaient sur le qui-vive et ripostaient, chacun avec sa propre idiosyncrasie,  au coup par coup.

On a apprécié au passage l’expression d’un profond  bellicisme anglais (et non britannique) exprimé par Hague dans un détour de phrase: « une invasion [militaire] étrangère est une bien  meilleure solution ». Son homologue français condamne tacitement ceux qui dépeignent ce qui se passe en Syrie comme étant du terrorisme en appelant à une compréhension des mécanismes ayant conduit à ce phénomène avant de le condamner! Hallucinant! On aurait bien aimé l’entendre discourir de cette façon sur la Palestine!

Pour l’opposition syrienne de l’extérieur représenté par Jarba, un ancien de la pègre contrôlant le trafic de drogues et la traite des blanches, il n’avait qu’un leitmotiv répété Ad Nauseam! « Assad doit partir! Assad n’a aucun avenir en Syrie »  Soit!  Sait-il au moins ce qui se passe en ce moment en Syrie où la force qui est en train de consolider son avance sur le terrain n’appartient à aucun camp et semble venue directement de l’enfer, en l’occurrence l’EIIL ou l’Etat Islamique d’Irak et du Levant et dont les hordes sont en train de tailler en pièces l’armée syrienne libre, le front Ennosra, Ahrar Sham et toutes les autres factions rivales?

Avec sa bonhomie habituelle et son calme placide, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Al-Moualim, n’y est pas allé par quatre chemins en accusant directement la Turquie et l’Arabie Saoudite d’être les responsables de la guerre dans son pays.  Il a rappelé que la Syrie est en guerre contre une idéologie créee pour les besoins d’une autre plus pernicieuse.  Sans aucun doute, le discours anti-impérialiste et antisioniste de la Syrie a dérangé pas mal de délégations occidentales et arabes.

Sans surprise, Montreux est un échec. L’absence de l’Iran et la présence injustifiée dans ce cas de l’Arabie Saoudite aura des conséquances directes sur Genève II à très court terme et portera un préjudice aux négociations sur le nucléaire iranien.

On retient la distinction d’une diplomatie syrienne intacte dans ses convictions dans un monde qui a beaucoup changé par rapport à 1974. Ce qui a fait dire à Jarba qu’il venait d’entendre un discours digne de l’époque où la télévision était en noir et blanc…Sauf que son projet Arc-en-ciel soutenu par la force des bras par Washington et l’ensemble de ses alliés risque d’être encore plus sanglant.

Pendant ce temps, le front Ukrainien s’embrase avec une tentative de transformer les émeutes en révolte armée. Indubitablement la paix n’est pas pour demain entre Washington, Moscou et Pékin.

Walid Al-Mouallim, ministre des Affaires étrangères de la République Arabe de Syrie.
Walid Al-Mouallim, ministre des Affaires étrangères de la République Arabe de Syrie.
Le Président syrien Al-Assad avec les membres de la délégation syrienne qui assistera à Genève II peu avant son départ de Damas.
Le Président syrien Al-Assad avec les membres de la délégation syrienne qui assistera à Genève II peu avant son départ de Damas.

One thought on “Conférence Genève II, Acte 1: le brio de la diplomatie syrienne

  1. Bonsoir, chef!

    Pendant ce temps, Bibi est à Davos et prononce un discours à charge pour l’Iran:

    • « l’Iran est l’ennemi commun d’Israël et de plusieurs pays arabes. »
    • « Je ne suis aucunement rassuré de ce que j’ai entendu ce matin. Le discours du président Rohani n’a aucun lien avec ce qui se passe en réalité(…)Il dit s’opposer à l’intervention militaire en Syrie? Cela sonne bien, mais c’est faux: l’Iran arme le Hezbollah et envoie ses militants massacrer la population syrienne »

    Pour lui, la possession de l’arme nucléaire par l’Iran et le succès des Frères musulmans sont deux menaces affrontées à la fois par l’Etat hébreu et les pays arabes avoisinants. « Israël pourrait trouver un soutien auprès d’eux, car un partenariat serait plus efficace pour contrer ces dangers »

    Le Premier ministre a par ailleurs vanté la capacité d’innovation des start-up israéliennes et invité à investir en Israël, évoquant cinq facteurs qui expliquent pourquoi, selon lui, Israël est un pays-phare en matière de haute technologie.
    Innover pour survivre

    « Notre armée fait des jeunes gens des travailleurs résistants et innovants, la culture juive a toujours chéri l’instruction et la culture, nous investissons beaucoup dans les entreprises, le questionnement fait partie intrinsèque de l’âme juive et… nous n’avons pas le choix: pour survivre, il faut innover », a insisté Benjamin Netanyahu.

    Après avoir lu de telles inepties – et je reste poli, c’est dur mais bon je ne voudrai pas être modéré – je vais me coucher…

    Heureux de te relire…

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :