Dans le cadre de l’ pénale déclenchée par des vétérans des campagnes d’essais nucléaires français (en Algérie et en Polynésie), une carte classée secret défense vient d’être déclassifiée. Certes, l’info est passée relativement inaperçue (je remercie Safiya de m’avoir prévenu), et on peut aisément comprendre pourquoi.

Pour commencer, il est déjà étonnant de voir des militaires aller en justice. Je ne dis pas qu’ils n’en ont pas le droit, mais si la Grande Muette – le surnom de l’armée – est ainsi appelée, ce n’est pas pour rien. Alors voyons la suite des évènements. Si procès il devait y avoir, qu’en ressortirait-il?

Rien! Si les soldats devaient être indemnisés pour leur exposition aux radiations, qu’en serait-il des habitants des territoires où ont eu lieu les tests? Pensez-vous vraiment que le gouvernement français soit près à reconnaître ses tords, voire même à indemniser les victimes? Combien de temps a t-il fallu attendre avant d’entendre dans la bouche d’un chef d’Etat français – et du bout des lèvres – une demande de pardon pour la colonisation et les exactions commises durant la guerre d’Algérie? En plus, les relations franco-algériennes ne sont pas simples, se résumant souvent à un : « Je t’aime! Moi non plus! »; voir à se sujet la facture envoyée à Alger par Paris, concernant l’hospitalisation de Bouteflika.

Mais au-delà de l’Algérie, si le préjudice était reconnu, il ferait jurisprudence et, à n’en pas douter, les polynésiens feraient eux-aussi valoir leurs droits. Sans compter qu’au niveau international, les autres pays ayant effectués des tests hors de leur territoires, seraient aussi sous le feu des projecteurs. Voir à ce propos l’article de « le-cartographe-net« .

N’oublions pas, qu’il y a eu plus de 500 essais atmosphériques, près de 2 000 essais souterrains, deux bombes nucléaires larguées, et trois accidents nucléaires civils majeurs. A ce propos, et concernant le dernier en date (Fukushima), l’AIEA vient d’autoriser – mais de manière détournée – le Japon à reprendre les rejets d’eau contaminée dans l’Océan Pacifique:

Le rapport indique que l’ équipe de l’AIEA estime qu’il est nécessaire de trouver une solution durable au problème de la gestion de l’eau contaminée. Il dit que cela nécessiterait l’examen de toutes les options, y compris la reprise possible des rejets contrôlés à la mer.
Le rapport ajoute que pour poursuivre cette option, l’opérateur Tokyo Electric Power Company doit préparer des évaluations de l’impact sur la sécurité et l’environnement appropriés et les soumettre à un examen réglementaire.

De son côté, TEPCO envisage, afin de résoudre son problème d’eau contaminée, de porter la capacité de stockage de cette eau, de 350 000m3 actuellement à 800 000m3. Mais aucunes nouvelles concernant les deux appareillages sensés décontaminer l’eau, et qui tombent régulièrement en panne…

Pour résumer, les retombées des essais nucléaires peuvent être apparentées à l’Espérance, dernier des maux de l’Humanité (selon Zeus; avec la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie et la Passion; mais qui eux furent libérés lorsque Pandore ouvrit la Boite) qui reste enfermé dans la Boite de Pandore. Mais aucun gouvernement ne prendra la responsabilité de libérer ce qui serait un fléau pour eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.