Stats

  • 6 709 071 Hits
13/04/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Kiev: plus de 75 morts depuis deux jours…

Le bilan des affrontements entre les forces ukrainiennes et les groupes armés à Kiev est en hausse et l’on dénombre un peu plus de 75 morts depuis mardi 18 février 2014.

Comme cela fut le cas dans les fausses révoltes du monde Arabe, des snipers non identifiés ont ciblé aussi bien les forces de l’ordre que les émeutiers et les civils.

Encore une fois, au mépris des expériences passées dans certains pays du monde Arabes, les américains s’efforcent de répéter le même modus operandi, parfois jusqu’aux limites du ridicule: la Maison Blanche s’est dite scandalisée jeudi par “les tirs des forces de l’ordre contre les manifestants” en Ukraine, et a une nouvelle fois exhorté le président Viktor Ianoukovitch à “retirer les policiers du centre de Kiev”. Retrait des forces de l’ordre? Alors que des unités paramilitaires s’organisent et que l’on va anoncer la création d’une armée révolutionnaire dont le nom fait l’objet d’âpres négociations entre les différents services secrets occidentaux. Car il faut éviter des dénominations similaires à celles de la Libye ou de la Syrie. On est en Europe toute de même! Certes, orientale mais en Europe…

Au Pentagone, les plans sont prêts. En attendant, on fait semblant de  déplorer  que le ministère ukrainien de la Défense ne réponde pas aux tentatives américaines de le joindre pour l’exhorter à ne pas envoyer l’armée “mater” la rébellion. Le jeu est on ne peut plus clair.

Mercredi, le président Ianoukovitch a remplacé le chef de l’Etat-major des armées qui était contre l’utilisation de l’armée à ce stade des évènements. Moscou dont le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, est en visite très importante à Bagdad, semble mesurer ses mots avec une extrême précision. Moscou n’a pas encore réagi.

Il est indubitable que le champ et les possibilités d’action de commandos étrangers sont infiniment supérieurs en Ukraine qu’en Syrie par exemple. Tous les ingrédients d’une nouvelle guerre européenne sont désormais réunis.

A Moscou, l’ouverture de ce nouveau front sur les marches occidentales de la maison Russie est perçu comme les premières représailles de Washington et ses alliés suite à leur fiasco en Syrie où Russes, Chinois et Iraniens sont venus à la rescousse de Damas.

Sur le plan politique, le Premier ministre polonais, le très néolibéral Donald Tusk a déclaré jeudi que les ministres de l’Union européenne avaient obtenu du président ukrainien Victor Ianoukovitch son accord pour des élections présidentielle et législatives anticipées dans le courant de cette année.

Dépêchés d’urgence hier à Kiev, les ministres allemand, français et polonais ont eu des pourparlers de plusieurs heures avec le président Ianoukovitch et avec les dirigeants de l’opposition.

Complètement asservie à Washington, la Pologne est l’un des plus fervents partisans de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. Ses services de renseignements aussi…Mais quelques récents souvenirs assez douloureux avec les Russes empêchent Varsovie d’en faire un peu trop.

%d blogueurs aiment cette page :