La relative accalmie en Ukraine après l’annonce de la signature d’un Accord comportant de très importantes lacunes et le refus de Moscou de le cautionner marque une nouvelle étape de la partie d’échecs se jouant désormais au niveau planétaire. Les évènements en Ukraine semblent motiver l’armée syrienne puisque depuis trois jours, les Migs syriens multiplient les missions de bombardement sur Deraa, dans le Sud du pays, là où tout a commencé. L’aviation est intervenue au Qalamoun, notamment à Yebrod où des bombes thermobariques ont été lâchés à une cadence infernale sur les fiefs rebelles. Pendant ce temps, le Président US Barack Obama rencontre le Dalai Lama pour discuter de quelques moyens supplémentaires pour  maintenir la pression sur la Chine.

En Ukraine, l’un des effets les plus tangibles de l’Accord conclu entre la Présidence et les insurgés est la libération de l’ex-Premier ministre Julia Timoshenko, emprisonné pour corruption. Autre nouveauté, parti de Crimée, un nouveau mouvement rallie les régions méridionales d’Ukraine et exprime sa sympathie avec l’Ukraine orientale contre les régions occidentales, jugée pro-européennes. Une issue à la Katyn se profile t-elle à l’horizon?

En Syrie, Damas met les bouchées doubles: pour la première fois en trois ans de conflit, plus de 25 appareils de combats participent simultanément à des missions de bombardement visant particulièrement Deraa dans le Sud mais aussi des zones proches du Golan. Un message peut-être à l’adresse du Premier ministre Netanyahu, qui n’a pas hésité à se montrer en train de rendre visite à des rebelles syriens blessés pris en charge par des hôpitaux militaires israéliens. Exploitant l’usure de l’armée syrienne que Damas tente de démentir par de nouvelles acquisitions d’armes auprès de l’Iran, Washington prépare un sale coup en Syrie alors que le conflit va entamer sa 4e année le 15 mars prochain.

La Chine s’attend à tout. La rencontre entre Obama et le Dalai Lama que Pékin considère (avec preuves à l’appui) comme un agent patenté de la CIA américaine (comme la Birmane Aung San Suu Ki et ses chemises safran qui mènent actuellement une campagne de massacres à grande échelle contre la minorité Rohingya de confession musulmane en Birmanie) est le prélude à de nouvelles tensions dit-on à Pékin. Comme si la tension extrême en Mer de Chine Orientale et en Péninsule Coréenne ne suffisent manifestement pas. La Chine est un gros morceau. La création d’un front régional anti-chinois par Washington est perturbé par un contre-feu en Thailande et une position encore obscure du Vietnam. Mieux vaut donc réactiver la question du Tibet et pourquoi pas ce fameux irrédentisme musulman au Xinjiang.

Au Vénézuela enfin, une révolte colorée est en cours à San Cristobal. Le Président Maduro y a envoyé ses parachutistes. Saura t-il gérer la situation comme Feu Chavez?

Ces quelques fragments de l’actualité démontrent que l’empire, échaudé par le cas syrien, passe à la vitesse supérieure en étendant le domaine de la lutte à la périphérie de ses adversaires. L’année 2014 est celle de tous les dangers.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.