Stats

  • 6 636 959 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
06/03/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Une conséquence inattendue du conflit ukrainien

Oui, voici une conséquence pour le moins inattendue du déploiement de troupes russes en Crimée. Et cela se déroule quasiment aux antipodes de Kiev, au Japon.

En 1945, quelques jours trois jours après la capitulation du Japon impérial, l’armée russe envahissait les îles Kouriles du Sud. Dix-sept mille japonais furent chassés, ou bien placés dans des camps. Cette annexion est restée une plaie béante dans la vie nippone. Les relations russo-japonaises ont été mises à mal durant plusieurs décennies, mais depuis un an le premier ministre japonais, Shinzo Abe, s’est rapproché de Moscou.

En douze mois, il a ainsi rencontré pas moins de cinq fois le président russe. A la base, il s’agissait surtout, pour le chef du gouvernement de Tokyo, de trouver du gaz; car suite à l’accident de Fukushima – en 2011 – et la mise à l’arrêt des centrales nucléaires du pays, la crise énergétique devenait plus que préoccupante. Cependant, afin de faire avancer les accords sur les livraison de gaz naturel liquéfié, il a bien fallu que les deux parties fassent des concessions. Et elles étaient en bonnes voies, d’après certains experts.

Mais voilà, la crise ukrainienne s’est invitée dans les débats. Shinzo Abe n’a pas eu d’autre choix que de signer le communiqué du G7 annonçant la suspension des réunions préparatoires au G8 prévu en juin à Sotchi.

On pourrait penser que le Japon avait le choix, et qu’il aurait tout aussi bien pu s’aligner sur Moscou. Mais cela l’aurait éloigné de Washington. Si une partie (de plus en plus grande) de la population japonaise verrait bien les GI’s rentrer chez eux, les dirigeants nippon n’en ont pas encore les moyens. Et les auront-ils un jour?

De fait, les 7.000 ex-îliens qui espéraient encore pouvoir revenir s’installer sur leurs îles, voient leurs rêves s’envoler. Shinzo Abe se retrouve coincé entre son allégeance à l’Occident, son besoin vital de gaz russe, et l’absence de dialogue avec la Chine et la Corée du Sud. Reste à savoir si Vladimir Poutine fera preuve de compréhension envers Tokyo. Mais, en attendant, la Crimée vient de faire une nouvelle victime…

%d blogueurs aiment cette page :