08/08/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Comment faire pour retrouver une virginité – toute relative – diplomatique?

Attention! La solution proposée dans cette article est aussi valable pour vous. Cependant, il vous faudra être totalement dénué d’amour propre…

Si il est un fait avéré qui a fait couler beaucoup d’encre, c’est bien la présence de snipers sur la place Maïdan à Kiev. Entre les pro-européens qui accusaient le gouvernement en place de les tirer comme des lapins, et ce même gouvernement qui niait tout déploiement de tireurs d’élite; la vérité n’avançait pas très vite.

Jusqu’à ce que le Ministre des affaires étrangères russe, Sergei Lavrov, en appel à l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) afin qu’elle mène une enquête sur ces tueries. même chose pour Vitaly Churkin, le représentant de la Russie à l’ONU, qui lui a demandé qu’une enquête soit diligentée le plus rapidement possible sur les évènements de la place Maïdan, et sur les manifestations en général. Les images des tirs ont été analysées – principalement par la Russie, mais aussi par d’autres, non-alignés – et il en ressort que les tireurs faisaient partie des pro-européens.

Si, lors de « l’affaire du gazage de la population syrienne », la voix de Moscou n’avait pas été entendue (Moscou qui déclarait, preuves à l’appui, que le tir de l’obus venait de la rébellion); il n’en est pas de même à Kiev,maintenant. Les enjeux ne sont identiques, certes, mais justement, le fait que tout ceci pourrait mal finir (mais j’en doute, de plus en plus) a donné plus de poids à Vladimir Poutine. Du coup, tout le monde y va de son petit commentaire.

L’entité européenne, qui avait largement appuyé les manifestants, se contentait de noyer le poisson à l’aide de déclarations toutes plus inutiles les unes que les autres. Mais voilà, comme rien ne bouge, ni l’ONU, ni l’OTAN, ni même les USA; l’Union Européenne est obligé de se plier aux désidérata de Moscou, et cela, juste pour ne pas perdre la face. Donc, en toute logique, la chef de la diplomatie européenne, vient de demander l’ouverture d’une enquête concernant les connexions entre les snipers et l’opposition ukrainienne.

Cependant, n’allez surtout pas croire que Bruxelles s’aligne sur la ligne diplomatique du Kremlin, non, on en est pas encore là; si Mme Ashton en est arrivée à cette extrémité, c’est suite à un échange téléphonique avec le Ministre des affaires étrangères de l’Estonie – Urmas Paet. Dans la conversation de 11 minutes, Paet a déclaré que les tueries de février étaient à blâmer car les tireurs d’élite étaient engagés par la coalition Maïdan. Paet a également déclaré que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch n’était pas derrière les tirs mortels et que les tireurs avaient été embauchés par l’opposition.

Et oui, toute honte bue, l’Europe bombe le torse, se redresse, et demande qu’on lui apporte les responsables sur un plateau. Il faut comprendre l’UE, en cas d’échec des « sanctions » contre la Russie, il lui faudra trouver une porte de sortie honorable (!). Donc si en toute logique Vladimir Poutine gagne la partie, Bruxelles pourra toujours se faire les dents sur les Timochenko, Vitali Klitschko et consorts. Si l’opposition ukrainienne n’était pas très compétente en politique, elle risque d’avoir un cours accéléré sur la diplomatie européenne…à ses dépends.

Stats

  • 6 005 765 Hits
%d blogueurs aiment cette page :