Actualités

Diplomatie française: traversée du désert…

La diplomatie française, portée par Laurent Fabius, n’est pas loin d’atteindre les fosses abyssales. Un comble pour un ministère qui avait le vent en poupe il y a quelques (dizaines?) d’années. Et encore, je ne parle que de son intervention concernant le continent africain. Pour preuve, suite au déploiement de la force Sangaris en République Centre Africaine, le gouvernement français – par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères – avait demandé l’aide de l’Europe. Cependant après quatre mois d’attente, voici ce qu’en pensent Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian notre ministre de la guerre défense:

L’Union européenne s’était engagée, le 10 février, à déployer une opération militaire en soutien aux efforts internationaux pour stabiliser la RCA. A ce jour, en dépit des contributions annoncées par quelques Etats européens, force est de constater que le compte n’y est pas. Si un effort supplémentaire n’est pas réalisé très rapidement, il ne sera pas possible de lancer, comme prévu, cette opération indispensable la semaine prochaine. L’Union européenne doit assumer ses responsabilités en matière de sécurité internationale. La France appelle vigoureusement ses partenaires à s’en donner les moyens.

Il faut comprendre les Etats européens, entre un conflit se situant à des milliers de kilomètres (sur un autre continent) et un conflit se situant sur son territoire, le choix est vite fait. D’autant plus que la Centrafrique n’a pas grand chose à donner en échange, alors que le gaz russe transite par l’Ukraine, donc silence radio sur Bangui. C’est dommage. Pour le peuple centrafricain d’abord et avant tout, et pour l’économie des pays intervenants aussi. La France aurait du faire miroiter les potentiels contrats de reconstruction qui ne manqueront pas de voir le jour lorsque le conflit sera réglé…D’ailleurs, comme récompense pour son intervention au Mali, la France vient de se voir attribuer – par l’ONU – plusieurs contrats dune valeur totale de 34,7 millions d’euros aux groupes français Thales et Razel-Bec pour la réalisation de travaux d’infrastructures au Nord-Mali. Ces travaux portent notamment « sur l’extension et la consolidation des pistes d’atterrissage » dans les villes de Kidal et Gao, dans le Nord du pays. Il est à noter que France expertise internationale, un organe lié au ministère français des Affaires étrangères, a défendu l’offre des entreprises françaises auprès des responsables onusiens.

Publicités

One Reply to “Diplomatie française: traversée du désert…

  1. je ne vois pas qui aurais intérêt a aider la france a se désembourber de centre Afrique.
    autant la laisser s épuiser quitte a ramasser les morceau si jamais elle venait après beaucoup de dépense a s’en aller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.