Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Tournée dans les tréfonds de l’Asie du Sud oblige, votre serviteur s’est retouvé quasiment déconnecté de l’actualité internationale. Mis à part le foisonnement des thèses les plus folles (loin d’être dénuées d’arrières-pensées très malsaines et orientées) sur le sort fort énigmatique du vol MH370, non résolu à ce jour.

En rentrant, j’apprends que comme prévu, le référendum sur la Crimée a abouti sur une large ou plutôt une écrasante majorité pro-adhésion à la Russie.

Par ce fait, Moscou a donc effectué son dernier mouvement de cavalier, lequel mouvement n’a pas été anticipé par le très mauvais joueur d’échecs à Washington. Car depuis un certain temps, la Maison Blanche perd un temps fou à vociférer et à adresser des menaces même pas voilées à l’encontre de la Fédération de Russie (il faut excuser la transcendance des think-tanks US pro-israéliens dont les références se sont arrêtés au cours de la guerre froide…)

Le Président Russe Vladimir Poutine, voué aux gémonies par l’appareil de propagande de l’empire, a donc décroché le téléphone ou de ce qui tient lieu de l’ancienne ligne rouge liant le Kremlin à la Maison Blanche du temps de la guerre froide pour clairement énoncer à un Obama de plus en plus désaxé que le dit référendum ne violait pas le Droit International (DI) et moins encore la Charte de l’Organisation des Nations Unies avant d’ajouter que la mission de surveillance de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe devrait couvrir l’ensemble de l’Ukraine et pas uniquement la presqu’île de Crimée…

Le jeu est assez limpide côté Russe. Par contre, impossible de dégager une quelconque stratégie côté adverse. Mis à part les semptiternelles menaces de sanctions (du réchauffé depuis l’embargo drastique et “pérenne” sur l’île de Cuba), Washington semble avancer ses pions sans trop savoir comment, quand, où et sur quoi aboutira ce bras de fer issu d’une volonté de représailles américano-israélienne contre le principal soutien et verrou de la Syrie.

One thought on “Ukraine: le dernier mouvement du cavalier

  1. Bonsoir!

    A mon avis, si le vol de la Malaysia Airlines ne s’est pas abîmé en mer, elle peut être loin à présent.

    “En aéronautique, dans le cas d’un aérodyne à effet de sol, le vol à proximité du sol augmente légèrement la pente de portance (la portance est plus grande à incidence identique), ce qui permet, à portance égale, de réduire l’angle d’incidence et la déflexion et donc la traînée induite par la portance. Cela améliore la finesse (le rapport portance/traînée) de l’engin et permet d’économiser du carburant pour augmenter l’autonomie ou la masse transportée.

    Selon Maurice Le Sueur (1934) : « Un vaste champ s’offre à l’imagination des inventeurs. L’interférence du sol réduit le niveau de puissance demandé de façon importante; on obtient un transport à la fois rapide et économique en concevant un avion qui vole en permanence à proximité du sol. A première vue ceci peut apparaître dangereux parce que le sol n’est pas toujours plat et que le vol rasant ne laisse pas beaucoup de liberté de manœuvre. Mais pour des engins de grande dimension, le coup vaut d’être tenté … ».”

    Le fait que la Malaisie fasse appel à 25 pays internationaux et à leurs images satellites, peut paraître…étonnant. Ceci dit, les USA ne semblent pas trop ennuyés. Chacun en tirera les conclusions qu’il veut…

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :