Stats

  • 6 637 081 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
07/03/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Syrie: les raids israéliens ont eu des effets très limités

Selon des indications initiales, les raids de l’aviation israélienne contre des cibles relevant du 68e bataillon de DCA et un centre d’instruction d’infanterie de l’armée syrienne près de Qunaytra au Golan n’ont eu, malgré leur intensité,  que des effets très limités ou du moins pas très différents des effets des pilonnages effectués par les phalanges rebelles extrémistes. D’ailleurs le bilan de ces raids est 12 fois moins meurtrier que celui d’un simple pilonnage rebelle au mortier.

La propagande israélienne, relayée par l’ensemble des médias d’Occident et des pays Arabes vassalisés à Washington ont repris en choeur la thèse selon laquelle les frappes israéliennes n’étaient que des représailles. Représailles contre qui et pour quel motif?

Un commando lourdement soutenu tente de s’infiltrer dans la partie du Golan tenue par la Syrie et saute sur une bombe ou une mine…Ce mode opératoire n’est pas la marque du Hezbollah ou de l’armée syrienne mais plutôt des groupes radicaux combattant en Syrie et en Irak et ailleurs. Qu’à cela ne tienne. Tel-Aviv a vite élaboré une histoire tirée par les cheveux: Damas a trouvé un moyen de persuader les groupes Djihadistes de cesser le combat et de tourner leurs armes contre Israël. Paranoïa générée par un excès de manipulation ou pas, les raids israéliens n’ont pas été ordonnés en représailles mais comme un moyen de  conjurer la peur et la panique s’étant emparés des dirigeants israéliens en constatant que malgré trois années d’une guerre acharnée et tout-azimuts, le pouvoir de Damas tient bon et se permet le luxe de lancer des campagnes militaires ininterrompues…

Ce signe du désarroi total a également touché la Maison Blanche, laquelle par dépit et par rage n’a rien trouvé de mieux que d’expulser l’ensemble des diplomates syriens accrédités aux Etats-Unis d’Amérique. Le ridicule ne tue pas. La bêtise, si.

A Tel-Aviv, on commence à avoir des doutes et une hantise. Et si Assad cachait d’autres surprises? Quelle est la nature de son alliance stratégique avec le Hezbollah et l’Iran? Mais ce n’est pas seulement le Président Syrien qui empêche les dirigeants iraéliens de dormir; le Président Russe Vladimir Poutine est devenu un cauchemar.

Ironie du sort, lorsque l’empire décida de lancer sa guerre sur le centre du monde en 2003,  les Etats-Unis et leur protégé israélien étaient dans une posture stratégique excellente. Onze ans après, jamais leurs postures stratégiques n’ont paru aussi aléatoire. A force de se créer de faux ennemis ou de faux prétextes pour faire la guerre, ils ont fini par devenir leurs propres ennemis.

%d blogueurs aiment cette page :