Stats

  • 6 614 086 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
25/02/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Partition de la Crimée: la fin de l’U-E?

Et si l’Europe avait gros à perdre face à la partition de la Crimée? Certes, l’Ukraine ne faisait pas – encore – partie de l’entité européenne, mais c’était un des objectifs final. Or le rattachement de la Crimée, par référendum, à la Russie, nous démontre que les peuples ont encore une certaine influence.

Car je ne sais pas si vous êtes dans le même cas que moi, mais à force de vivre au sein de l’Union Européenne j’en avais oublié les pays qui la composaient. Avant la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS, il y avait d’un côté les Etats occidentaux (France, Belgique, RFA, Royaume-Uni…) et de l’autre les pays de l’Est. Depuis lors, l’EU n’a eu de cesse de s’étendre, phagocytant une à une les anciennes républiques soviétiques – avec l’appui de l’OTAN – et effaçant au fur et à mesure de son avancée vers l’Est les frontières séparant les Etats.

L’Europe voudrait nous faire croire qu’il n’y a plus qu’un seul peuple, de Dublin à Kiev, une seule et unique monnaie, et un état central: Bruxelles. L’affaire ukrainienne a remis tout ceci en cause. Imaginez un peu, un peuple qui se soulève contre l’UE – synonyme de progrès social, de développement et de matins qui chantent, d’après Bruxelles – afin de rejoindre la Russie – décadente, corrompue, et arriérée; dixit les mêmes…Surtout que depuis la crise économique de 2007 et des conséquences qu’elle a pu avoir au sein des Etats du Sud, soumis à un redressement budgétaire drastiques; certains pays membres commencent à se poser des questions quant à l’utilité de rester au sein d’un tel conglomérat de différences.

Pour l’instant, Bruxelles a réussi à maintenir le status quo. Mais jusqu’à quand? Non seulement les grecs se verraient bien sortir de l’Europe, mais certains peuples qui constituent l’âme d’un même pays pensent eux aussi à jouer les filles de l’air; les Catalans et les écossais, par exemple. Même Venise vient de voter pour son indépendance avec un “oui” qui l’emporte à prés de 90%, ceci étant dit, le vote n’avait pas de légitimité, enfin, d’après Rome et Bruxelles.

L’Europe a gros à perdre dans cette histoire. Et se ne sont pas les sanctions ridicules prisent contre Moscou qui vont faire peur aux citoyens européens. Remercions donc Vladimir Poutine d’avoir donné matière à réfléchir à une partie de la contestation anti-Europe.

%d blogueurs aiment cette page :