Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Une annonce vient d’être faite par Heather Willauer, une chimiste du NRL (Naval Research Laboratory):

Après neuf ans de travail sur le sujet, pour la première fois, nous avons été capables de mettre au point une technologie pour capturer de façon simultanée le CO2 et l’hydrogène contenue dans l’eau de mer et d’en faire un carburant liquide, c’est une percée importante.

Oui, depuis neuf ans, les USA travaillent à la transformation de l’eau de mer en carburant, et pas n’importe lequel, du kérosène. Les hydrocarbures sont composés de carbone et d’hydrogène (comme leur nom l’indique), et ces deux éléments sont présents en grande quantité dans l’eau de mer. De plus, ce “bio” carburant est utilisable en l’état et ne nécessite ni changement ni réglage des moteurs.

Pour l’instant, les coûts semblent prohibitifs et il n’est produit qu’en petites quantités au sein de laboratoires. Mais à terme – d’ici une dizaine d’années, selon les prévisions – le but serait de pouvoir le transformer directement sur les navires, pour un coût avoisinant les 6$/gallon; soit le double du prix actuel.

Selon le vice-amiral Philip Cullom, chef d’état-major adjoint de l’US Navy, c’est une étape énorme vers le désengagement de la dépendance au pétrole et des variations de son prix.

On pourrait penser que les USA veulent vraiment être cent pour cent autonome en matière de pétrole/carburant, mais il faut se remettre dans le contexte actuel. En effet, le budget de la défense nord-américaine ne cesse de chuter, sans compter le nombre d’escadre qui restent au port. De plus, le recentrage sur la zone Pacifique de l’armée US ne pose pas trop de problèmes du point de vue logistique, les bases y sont nombreuses et les ports permettant de se ravitailler sont légions, eux aussi.

Mais je soupçonne fortement la Navy de chercher “l’effet d’annonce”, justement le jour où Chuck Hagel (le secrétaire d’état américain à la défense) est officiellement invité sur le porte-avions chinois Liaoning…Une manière de faire comprendre à Pékin qu’une escadre n’est rien si elle n’a pas de carburant pour avancer.

6 thoughts on “Etats-Unis: Toujours plus loin dans l’indépendance énergétique

  1. Mouais…
    Juste une solution trés simple pour se passer du pétrole, quand Rudolf Diesel a mis en place son moteur, à la base il était sensé tourner avec ……de l’huile de colza, tout simplement. Comment a-t-on fait pour passer aux fossiles ? Vous noterez que des decennies d’écologie politique, de chantage au nom de la sois disante preservation de l’environnement, n’auront jamais permis ne serait ce que d’endiguer le pétrole-hyper polluant-. Une fois nos pseudo écolos au pouvoir, ils s’empressent de valider ce que les oligarques leur dictent.

    Alors revenir au colza ? Ah oui, je vois le blème! Comment s’imaginer que le pouvoir en place en France permettre que de vulgaires pechnos, des cul terreux, des sans grades puissent devenir des nouveaux Rockefeller. Melenchon en perdrait son latin, et Cohn Bendit va en devenir vert de rage!

    Pour se passer du pétrole, et peut être même du gaz, solution basique: L’huile de colza.

    1. “Pour se passer du pétrole, et peut être même du gaz, solution basique: L’huile de colza.”

      Voyons Foxhound. La solution pour se passer du pétrole est connue, il s’agit du pétrole…de schiste!
      La preuve, même le Japon s’y met, d’un autre côté, le pays étant déjà plus ou moins ravagé par la radioactivité qu’ils ne sont plus à ça prés:
      http://fr.ria.ru/business/20140407/200918963.html
      Et surtout ils n’ont guère le choix. Il me semble avoir vu passer une info comme quoi il y aurait des négociations entre Tokyo et Moscou pour la construction d’un oléoduc, à suivre…

      Sinon, ce qu’il y a de bien avec les moteurs diésels, c’est qu’ils peuvent fonctionner avec quasiment n’importe quel liquide flammable. Je ne sais pas si vous avez connu, mais sur certains GMC de l’armée, il y avait un dispositif pour choisir entre le gazole et d’autres carburants. Le rendement n’est pas le même, bien sûr, mais cela permet de rouler.
      En France, plutôt que d’ensemencer des champs de colza – plus ou moins transgénique), on aurait aussi vite fait de faire tourner les moteurs au beaujolais nouveau. Enfin une utilité à cette chose vendue pour du vin.

      Bref, plus le temps passe et plus je pense que le pétrole est irremplaçable. Ou alors en faisant des sacrifices énergétiques que pas la moitié de la population occidentale n’envisage dans ses pires cauchemars.

      En passant, je tiens à préciser que je suis absolument contre les gaz et pétroles de schiste, mais que notre nouveau premier ministre, lui, est un inconditionnel de type d’hydrocarbures. De là à imaginer que c’est pour cette raison que les verts ont claqué la porte du gouvernement; et que la nouvelle ministre de l’écologie est aussi écologiste que moi je suis danseur étoile.

      Et, oui, je sais, j’ai l’esprit tordu.

  2. Mais je soupçonne fortement la Navy de chercher “l’effet d’annonce”, justement le jour où Chuck Hagel (le secrétaire d’état américain à la défense) est officiellement invité sur le porte-avions chinois Liaoning…Une manière de faire comprendre à Pékin qu’une escadre n’est rien si elle n’a pas de carburant pour avancer.

    Que j’aime cet esprit tordu 🙂

    1. Ce n’est pas moi qui ai l’esprit tordu, ce serait plutôt nos dirigeants.

    1. Disons que la production évite la phase forage pour accéder à l’or noir.
      Mais pour ce qui est de la transformation, je soupçonne que l’énergie nécessaire doit être plus grande que celle potentiellement récupérée.
      D’ailleurs, c’est une loi de la physique. Vous ne pouvez pas produire plus d’énergie que l’énergie de départ de l’expérimentation. Mis à part pour le nucléaire, et la fusion, mais pour cette dernière, on est pas prêt de voir ses effets…

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :