07/08/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Ils, ce sont les gaz de combats. Vous vous doutez bien de quelle région je veux parler, et surtout de quel pays…la Syrie, bien sûr! Et non, ce n’est pas un journaliste du Monde qui le dit. Cette fois, nous avons droit à une déclaration Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme:

(…) les avions du régime ont bombardé vendredi la localité de Kafarzita dans la province de Hama (centre) avec des barils d’explosifs qui ont produit une fumée épaisse et des odeurs, entraînant des cas de suffocations et d’empoisonnement.

Selon certains observateurs, le bombardement a laissé un produit de couleur jaune, et une odeur ressemblant à du gaz de chlore, blessant plus de cent personnes dont des femmes et des enfants.

Bien entendu, le régime a aussitôt démenti l’information, accusant les djihadistes du Front al-Nosra d’être les auteurs de ce bombardement. Il précise même que al-Nosra se prépare à attaquer Wadi Deif dans la province d’Idleb (ouest), et Morek dans la province de Hama avec du chlore toxique ou du gaz sarin.

Cette fois, je soupçonne les « rebelles » d’avoir agit de leur propre chef, contrairement à l’attaque d’Août dernier qui avait fait plusieurs centaines de morts. Lorsque la fin est proche, la tentation d’user de toutes les méthodes pour s’en sortir, pousse certains à des extrémismes qui n’ont d’égales que leur interprétation du Coran.

Je ne peux souhaiter qu’une victoire écrasante aux soldat de l’Armée syrienne.

Stats

  • 6 002 399 Hits
%d blogueurs aiment cette page :