Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

La géopolitique n’est pas une science exacte, ni même un monde figé. Elle est en constante évolution, au gré des courants politiques, des alliances économiques et des besoins énergétiques. On pense souvent que certaines régions du globe ne verront jamais de changement stratégique majeur, comme au Proche-Orient muselé par Israël et ses alliés.

Depuis quelques temps, je me suis intéressé à l’Asie du Nord-Est et à ses enjeux, ainsi qu’aux différents belligérants. On y trouve la Chine et son dauphin la Corée du Nord, la Corée du Sud et le Japon (parrainés par les Etats-Unis), et pour couronner le tout, la Russie. Les dissensions politiques sont légions, les disputes territoriales aussi et les rancœurs découlant de la deuxième guerre mondiale ne sont pas moins omniprésentes.

Dans cette partie de l’Asie, le vilain petit canard a pour nom Pyongyang. Et l’ennemi numéro un de de la Corée du Nord est Tokyo. Les deux Etats sont dans une impasse diplomatique. Lorsque Kim Jong-Un décide de se livrer à des tests de missiles au-dessus de la mer du Japon, Tokyo réplique à l’aide de sanctions. Tout est figé.

C’est du moins ce que je pensais, jusqu’à ce que je tombe sur une info publiée par le quotidien nippon Sankei Shimbun: Le Japon et la Corée du Nord ont mené des négociations secrètes…en Chine! A Dalian, plus précisément. Cette ville de six millions d’âmes située dans la province du Liaoning est aussi le lieu de construction du second porte-avions chinois; mais bon, ils ne sont pas venus pour visiter les chantiers navals.

Les négociations portaient sur les mesures à prendre avant une rencontre officielle des dirigeants respectifs. La rencontre secrète peut paraître surprenante, mais ce qui l’est le plus – à mes yeux – c’est le lieu de la rencontre: La Chine. Que Pyongyang passe par son allié régional, on peut le comprendre, mais que Tokyo envoie, en Chine, un représentant discuter avec un nord-coréen, cela est proprement ahurissant.

Qu’en pense Washington?

3 thoughts on “Détente en Asie du Nord-Est?

  1. oui il serait grand temps pour le japon de revoir sa liste de priorité stratégique, car si un conflit éclate … il vont se faire ratatiner ! et je ne suis pas certain qu’oncle sam y pourra grand chose…

    coree du nord et corée du sud tente toujours de dialoguer eux aussi … tous conscient de n’être que des pions dans la stratégie du grand intrus l’américain ! je le croit !

    1. J’avais écrit un article sur les conséquences de la crise ukrainienne sur les relations entre le Japon et la Russie à propos des îles Kouriles.

      Ben en fait, le résultat est que Moscou vient de lancer la construction de 150 bâtiments défensifs sur deux des quatre îles…

      http://en.ria.ru/russia/20140418/189255401/Russia-to-Build-150-Military-Facilities-on-Kuril-Islands.html

      Ou, pour ceux qui préfèrent les MSM (et j’espère qu’ils ne sont pas trop nombreux):
      http://www.lemonde.fr/japon/article/2014/04/18/moscou-rearme-les-iles-kouriles_4403938_1492975.html

      Je risque de me faire virer pour avoir mis un lien vers le Monde, mais bon, comme le dirait Sun Tzu, “Connais ton ennemi mieux que toi-même”.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :