Stats

  • 7 070 436 Hits
21/09/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Syrie: Al-Assad devrait-il se représenter?

Après plus de trois ans de guerre contre ses ennemis, la Syrie n’est pas tombée. Au contraire, ses alliances stratégiques et son armée lui ont permis de remporter d’indéniables succès diplomatiques face à l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis, Israël et la Turquie.

Sur le terrain, la situation s’est stabilisée et les nuées de rebelles soutenus par l’Otan et la CIA ne parviennent plus à reprendre pied nulle par malgré leurs contre-offensives renouvelées.

C’est dans ce contexte que Damas a annoncé la tenue d’élections présidentielles pour le 3 juin 2014. Des présidentielles à haut risque dans un pays en guerre où le principal favori est l’actuel Président Bashar Al-Assad.

La candidature du Président Bashar Al-Assad à sa propre succession serait à notre avis une erreur tactique. Al-Assad s’est fort bien battu.  Il a amorti le choc initial, réorganisé les forces armées et a lancé la contre-offensive généralisée. Il a surtout garanti la cohésion des forces armées, lesquelles, hantées par les précédents irakien et libyen,  ont juré de garder l’uniforme et le treillis jusqu’au bout pour démontrer au monde que cette armée syrienne n’est pas une troupe de pacotille. Par dessus tout, Al-Assad a profité des résultats de la pensée stratégique de son père, Hafez Al-Assad, un stratège hors-pair et de la vieille garde. Un retrait d’Al-Assad et son remplacement par un Président élu au suffrage universel en ce moment précis lui permettra de se retirer avec les lauriers d’un chef victorieux comme le Moyen-Orient n’en a jamais connu depuis Saladin.

Cependant, Al-Assad ne peut plus se retirer même s’il le voulait. La vieille garde, son entourage et le haut commandemant des forces armées refuseront son retrait.

Il ne faudra pas se faire beaucoup d’illusions. Les présidentielles ne seront pas de tout repos et seront perturbés par les occidentaux via leur outil géopolitique préféré, les islamistes radicaux armés. Mais qui pourrait remplacer Al-Assad alors que sa popularité est l’une des plus élevée au Moyen-Orient?

Certainement pas un candidat issu de l’opposition armée et dont les accointances avec la CIA et l’Otan sont avérés. Dans le cas de figure assez improbable où un proche d’Al-Assad se présenterait aux élections, les médias de la propagande occidentale et arabe sioniste trouveront toujours à redire.

La guerre en Syrie continue. Si sur le terrain, l’armée syrienne secondée par les NDF, les forces du parti arabe national-social et le Hezbollah,  enregistre de sérieuses avancées, il faudra faire attention sur le plan politique. Washington demeure enragé.

Blindé de l'armée syrienne à Alep.
Blindé de l’armée syrienne à Alep.
Le Président Al-Assad avec des soldats à Maaloula
Le Président Al-Assad avec des soldats à Maaloula

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :