Des objets en orbite autour de la terre tirant des projectiles vers le sol: le combat orbital est l'enjeu de l'année 2022

Stats

  • 7 190 866 Hits
29/11/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Stratégie de pourrissement en Ukraine, stratégie du saut de puce en Syrie où l’armée continue de dominer le terrain.

Ce qui se passe en Ukraine est assez inquiétant car il évoque un déjà vu. Une guerre civile en Ukraine pourrait être fatale aussi bien à l’Otan dont les déboires en Afghanistan et en Libye ont démontré le peu d’efficacité de cette alliance anachronique mais également à l’Union européenne parce que si la guerre éclate en deçà et au delà du Dniepr, ce sera la première guerre causé par le refus d’adhésion de populations européenne à cet ensemble.

En Syrie, les forces armées ont pu assiéger le vieux cœur historique de la ville de Homs où des négociations sont en cours avec les derniers groupes rebelles récalcitrants (voir carte ci-dessous)

Les troupes loyalistes sont figurées par le drapeau national syrien. les forces rebelles par le drapeau de l'ancien protectorat. A Homs, l'armée syrienne a repris le contrôle de toute la ville hormis l'ancien coeur historique constitué d'un petit réseaux de ruelles étroites et dont l'assaut s'avère difficile. Affamés et à court de munitions, les rebelles négocient. A noter que les villages au Nord de Homs sont toujours sous contrôle rebelle.
Les troupes loyalistes sont figurées par le drapeau national syrien. les forces rebelles par le drapeau de l’ancien protectorat. A Homs, l’armée syrienne a repris le contrôle de toute la ville hormis l’ancien coeur historique constitué d’un petit réseau de ruelles étroites et dont l’assaut s’avère difficile. Affamés et à court de munitions, les rebelles négocient. A noter que les villages au Nord de Homs sont toujours sous contrôle rebelle.

En Ukraine, un  journal Allemand a révélé que la CIA et le FBI conseillaient le gouvernement fasciste de Kiev sur le meilleur moyen de mater les frondes pro-russes dans l’est du pays. Qui aurait cru un jour que les américains allaient soutenir un régime utilisant des milices ouvertement nazies dans la poursuite de leurs objectifs géostratégiques? Et contre qui? La Russie qui a perdu plus de 22 millions de personnes lors de la seconde guerre mondiale. Autant plonger dans une piscine pleine de requins blancs avec un gros quartier saignant…

Pas étonnant dès lors de voir émerger d’une façon pas tout à fait spontanée des milices paramilitaires pro-russes comme à Donetsk ou à Slaviansk et dont la propagation pourrait mener à la création d’une armée pouvant marcher sur Kiev.

En Syrie, les forces armées avancent fermement sur la zone industrielle au Nord-est d’Alep -la ville industrielle de Sheikh Najjarè où ils rencontrent une résistance acharnée induite par l’appui turc et donc de l’Otan. Mais il semble que les forces rebelles soient condamnées. L’armée syrienne a pu pénétrer dans une ancienne usine d’armement produisant des roquettes et des missiles tombée auparavant aux mains des rebelles et tente de briser le fameux siège rebelle autour de la prison centrale d’Alep, tenue par une unité spéciale de l’armée syrienne laquelle a réussi l’exploit de tenir durant plus de 19 mois face aux rebelles.

En Ukraine, Washington est furieux. Son intervention dans le coup d’état coloré à Kiev avait pour objectif le délogement des russes de la Crimée. Car c’est des ports de Crimée que la marine russe se répandait en Méditerranée en concurrence directe avec la VIe flotte US. Au lieu de cela, Moscou gagne la Crimée et s’engage dans une lente et périlleuse contre-offensive d’un type nouveau sur ses marches occidentales.

A l’ingénierie du chaos chère aux américains répond l’ingénierie du soldat inconnu suivi par Moscou. D’un côté la révolution colorée dans sa version 3.0; de l’autre, on s’inspire partiellement de la drôle de guerre adaptée au 21e siècle.

En Syrie, les combats continue dans la province de Lattaquié près des frontières turques où un chef rebelle aurait péri sous les bombes de l’aviation syrienne.

Dans les deux crises, c’est l’effondrement du système de propagande US qui fait mal à l’empire. Car désormais, c’est une puissance mondiale (quoi qu’en pense Washington qui a tendance à regarder la Russie avec une condescendance héritée de l’ère Eltsine) qui répond du tac au tac au formatage narratif US.

La guerre en Syrie a changé les lignes de fractures à l’échelle de la planète. Celle d’Ukraine risque un véritable séisme géopolitique. Si certains faucons à Washington poussent au pourrissement tout en tentant de convaincre la Suède et la Finlande de joindre l’Otan, il n’en demeure pas moins que la situation est critique pour l’alliance. Historiquement, la Russie a toujours su puiser dans l’interminable hinterland des forces insoupçonnées. Washington joue avec l’Otan et a réduit  l’Union Européenne comme un simple fusible à griller le moment opportun si la situation échappe à tout contrôle.

Pendant ce temps, le Président syrien Bashar Al-Assad, dont la candidature aux présidentielles du 3 juin prochain en compagnie de deux autres candidats, suit avec attention le front ukrainien. Car le moindre fléchissement de Moscou lui serait fatal face à un royaume d’Arabie Saoudite et un Etat bunkérisé d’Israël jurant tous deux sa perte.

Car finalement tout est lié en ce bas monde. En attendant l’évolution du troisième front face à la Chine.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :