Le mythe de l'énergie "verte" s'est transformé en une véritable crise énergétique durable

Stats

  • 7 331 131 Hits
29/01/2022

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Echange de noms d’oiseaux entre les deux Corées

Depuis lundi, l’ensemble des médias nord-coréens n’évoquent plus le nom du Président US Barack Obama mais l’ont remplacé systématiquement par “singe” tandis que la présidente de Corée du Sud, Park Geun Hye, la fille de l’ex-dictateur Park Chung Hee, est désormais qualifiée par la presse nord-coréenne de “vieille prostituée”.

Le Vice-Président US, Joe Biden, et la très coincée Patricia Nulard  n’échappent pas à cette frénésie de taxinomie subite ayant emballé les médias nord-coréens: le premier est qualifié de tête à claque tandis que la seconde fait l’objet d’un petit jeu de mots en anglais la rapprochant du zéro.

La Corée du Sud a estimé dans une déclaration publique que la Corée du Nord n’est pas un Etat et que s’il existe, il est au bénéfice exclusif d’une seule personne, en référence au jeune autocrate nord-coréen Kim Jong Un. Séoul ira jusqu’à prédire la disparition “très prochaine’ de la Corée du Nord. Ce à quoi Pyongyang a répondu en proférant des menaces de guerre totale contre le “régime fantôche esclave du Sud présidée par une vieille p…issu du métier”.

Washington par la voix du porte-parole de la Maison Blanche a condamner le discours raciste de la Corée du Nord et l’usage du terme “singe” pour évoquer le Président US.

Le père et prédécesseur du leader nord actuel, Kim Jong Il a été qualifié à plusieurs reprises par l’ex-Président US Georges Bush Junior de “nain”, de “lutin maléfique” et de “sous-developpé”.

Certaines marques sont proscrites du discours public en Corée du Nord. Il en est ainsi avec “Samsung” ou encore “Hyundai” dont l’évocation publique est passible d’une sanction privative de liberté. Par euphémisme, un Samsung Galaxy 5 est décrit comme “le cinquième modèle de téléphone de la marque ennemie”…

Cette escalade verbale entre les deux pays n’est pas fortuite et intervient dans un contexte géopolitique bien tendu avec les tentatives d’encerclement de la Chine dont le chef d’état-major des armées s’est envolé aux Etats-Unis pour tenter d’apaiser la tension grandissante en Mer de Chine orientale.

Washington attise le feu. Car il sait que le jeune leader Nord-coréen est très susceptible. Surtout après sa réaction face aux critiques et autres quolibets autour de sa coupe de cheveux, exploités par le service action psychologique de la CIA.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :