C’est une véritable gageure. L’organisation par Damas d’élections présidentielles en pleine guerre relevait du surréalisme il y a peine une année. Et pourtant, la Syrie vient de réaliser l’impossible. Signe qui ne trompe personne: le très mauvais fair-play de l’empire et ses valets. En interdisant la tenue du scrutin auContinue Reading/Continuer à lire

Publicités