Depuis quelques temps, Pékin se rapproche petit à petit de Séoul. C’est un fait, notamment au niveau de la coopération économique. Mais ces tractations font des jaloux, un surtout, Kim Jong-un, le leader stalinien nord-coréen.

Du coup, le dictateur de Pyongyang semble faire les yeux doux à Moscou. En plus des concessions minières que le gouvernement nord-coréen envisage d’accorder à la Russie, cette dernière lorgne sur l’exploitation de gisements.

Un autre accord est à l’étude quand à la construction d’une ligne de chemin de fer et d’un pont afin de relier les villes de Khassan et Rajin ainsi que la construction d’un gazoduc acheminant le gaz russe vers la Corée du Sud.

Si ces études aboutissent à des réalisations concrètes, nul doute que chaque partie y trouvera son compte. On peut cependant se demander ce qui peut bien motiver Moscou à agir de la sorte? Vladimir Poutine veut développer la région extrême-orientale de son territoire et pour arriver à ses fins il a lancé la « Réunion du comité intergouvernemental sur la coopération dans les domaines du commerce extérieur, de l’économie et des sciences et technologies à Vladivostok » (cette année étant la sixième saison). Lors de cette réunion, les deux pays ont décidé de régler les échanges commerciaux uniquement au moyen de la monnaie russe.

Mais en finalité, que va gagner Moscou dans cette affaire? Sur le plan politique pas grand chose, cela risque même d’enfoncer un peu plus la Russie dans le bourbier de la diplomatie internationale. Et même avec les meilleurs intention du monde, je ne pense pas que Sergueï Lavrov puisse tirer ne serait-ce qu’une once de positivité à cette alliance économique.

Ceci étant, Kim le troisième semble bien décidé à tourner le dos – au moins provisoirement – à la Chine. Il ne digère pas le fait que le président chinois – Xi Jinping – prévoit bientôt un déplacement à Séoul, tandis qu’il n’accepte pas le voyage de Kim Jong-un en Chine. Et pour couronner le tout, le ministre nord-coréen du Commerce a effectué à la mi-mai dernier une visite en Syrie et en Russie à la tête d’une délégation d’officiels responsables de l’économie. Il est rentré hier à Pyongyang.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.