Souvenez-vous de cette phrase de François Hollande qui accusait Bashar Al Assad de ne pas « combattre les extrémistes », mais de les « utiliser pour faire pression sur l’opposition modérée ». C’est une déclaration prise au hasard parmi des dizaines disponibles, sur le même ton, et venant de l’ensemble des dirigeants occidentaux.

Ces accusations sont apparues quelques temps avant la fameuse conférence dite de Genève II. A l’époque, l’Occident avait peur de ce qui pourrait ressortir de cette réunion; d’autant plus que ce même Occident avait, à l’époque, tout misé sur les djihadistes présent en Syrie pour renverser le régime avant la date butoir. En cela, les dirigeants occidentaux n’avaient pas lésiné sur les moyens, allant jusqu’à inviter al-Qaïda à la fête, moyennant un financement jamais atteint pour une telle guerre, et une logistique digne d’une armée nationale en campagne. Hélas, de son côté, Bashar al-Assad n’a pas joué le jeu occidental, et l’Armée Syrienne remporta victoires sur victoires, ce qui força l’Occident à rentrer dans sa grotte, la queue entre les jambes…

Mais voilà, depuis quelques mois – et la prise de Ramadi et d’une partie de l’Ouest de l’Irak – l’EIIL a décidé de faire bande à part, avec la bénédiction occidentale.

Petit souci: l’Occident ne bouge pas. Les USA ont bien envoyé quelques conseillers militaires; le premier ministre irakien reçoit un nombre incroyable de message lui donnant des conseils pour lutter contre les djihadistes (le contenu étant souvent le même: démission!); mais rien de bien utile…

Cependant, Bagdad compte deux alliés de poids dans cette lutte: Téhéran et Damas. Téhéran et Damas? Les deux nations qui sont censées (aux dires des MSM) concentrer ce qui se fait de pire en matière de terrorisme?
Les deux nations qui sont montrées du doigt depuis trois ans pour l’une, et des décennies pour l’autre, car à elles seules elles sont supposées être responsables de tous les attentats qui agitent le Moyen-Orient…

Pire que ça! Certains journalistes commencent à se poser des questions sur la véritable méchanceté de Bashar al-Assad et Hassan Rohani. Ils vont même jusqu’à mettre en doutes les déclarations des dirigeants occidentaux! Un comble! Manquerez plus que les lecteurs/auditeurs/téléspectateurs en fassent autant!

Mais je ne me fais pas de soucis, je me doute bien que l’Occident saura retourner ces interrogations à son avantage. En remplaçant Nouri al-Maliki (le premier ministre irakien) par un obscur politicien (ou pas, à ce stade-là cela n’a pas beaucoup d’importance) plus ou moins hostile aux chiites… Mais on peut aussi envisager quelques accidents malencontreux à la frontière irako-iranienne (où d’après certaines sources, plusieurs divisions seraient massées)…

Publicités

3 commentaires

  1. Bonjour Caligula,

    Barak Obama a du vous lire. Comment comprendre sinon cette déclaration d’hier dans laquelle il promettait un aide de 500.000.000 $ aux rebelles syriens modérés. Un demi milliard, rien que ça !
    Il y a là de quoi équiper un EIIL/ISIL 2 des pieds à la tête avec armes lourdes et bagages.
    Dommage qu’il ne soit pas souvenu que toutes les enquêtes sur le terrain ont démontré que la frontière entre rebelles modérés et terroristes radicaux reste particulièrement poreuse.

    On peut donc en conclure qu’après la passivité affichée par l’Occident face aux terroristes en Irak l’Amérique (sans doute suivie d’ici peu par la France, la GB et quelques autres) s’apprête à donner un coup de main appréciable à ces mêmes terroristes du côté syrien.

    Tout ce remue ménage devrait pousser les cours du pétrole à la hausse et cela est excellent pour l’industrie des gaz et pétroles de schistes états-uniens qui atteint alors un seuil de rentabilité indispensable au maintien de son activité.

    1. Bonjour Diablo,

      Le pire dans cette histoire, c’est que les 500 millions ne concernent pas l’armement, mais uniquement l’entrainement des troupes et l’aide non létale.
      Combien d’hommes peut-on entrainer avec un demi milliard de dollars?
      En plus, ce n’est pas comme si il fallait construire les camps d’entrainement et la logistique qui va avec; il y a tout ce qu’il faut en Jordanie, et en plus ce n’est pas loin. Je ne parle même pas des bases en KSA…

      En ce qui concerne la hausse du brut, il y a deux choses importantes à signaler:
      1- Les occidentaux ne vont pas tarder à partir en vacances, donc on aura le droit à la hausse saisonnière avec un petit plus pour augmenter les dividendes des majors du pétrole qui ont vu leurs bénéfices chuter l’an dernier.
      2- Les gaz de schistes sont quasi rentables, le seul problème étant leur raffinage. Les raffineries US sont overbookées et le brut extrait par fracturation n’est pas de la meilleur qualité. Du coup, les US ont trouvé la parade: ils ont autorisé l’exportation vers l’Europe de ce produit…
      http://www.rfi.fr/emission/20140626-etats-unis-autorisent-nouveau-exporter-petrole-brut/

      Sinon, vous m’avez coupé l’herbe sous le pied, j’avais l’intention de faire un article là-dessus, ce soir (sur le demi milliard).
      Encore un scoop qui s’envole!
      Ce n’est pas encore demain la veille que Strategika aura le Pulitzer…

      1. Avoir le Pulitzer ? C’est tout facile: vous titrez « une fois de plus l’Amérique sauve le monde » et c’est caisse !
        Vous aurez peut-être même un Nobel de la Paix en prime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.