La petite surprise de Donetsk et la grande surprise au-delà…

Jusqu’ici, la situation en Ukraine est contenue en partie grâce au sans-faute diplomatique russe. Mais la contre-offensive du régime de Kiev, conseillé par les Etats-Unis et des firmes de contractors liées au complexe militaro-industriel US ne compte pas s’arrêter à ce qu’il désigne comme la reprise des territoires mais poussera le bouchon jusqu’à vouloir reprendre la Crimée.

C’est là que le jeu change de fond et de forme. Moscou sera forcée de riposter en usant de sa dissuasion nucléaire tactique.

Toutefois avant d’en arriver à une nouvelle guerre de Crimée, une petite surprise attend les colonnes de la junte en NovoRossya et en République populaire de Donetsk. Ces régions minières russophones ne seront pas faciles à conquérir et le grand frère à Moscou sait désormais qu’il joue serré.  Ce n’est plus Lugansk et encore moins Slavyansk.

Quoi de plus représentatif de l’idéal patriotique qu’une milice formée par des mineurs fortement syndiqués auxquels on livre des armes de guerre pour se défendre contre les hordes d’un régime néo-libéral fantôche à la solde d’un empire hégémonique?

Les premières embuscades sont déjà meurtrières pour l’armée de Kiev et ses mercenaires de l’X. Cela promet une escalade. Mais mieux vaut une escalade entre deux Républiques rivales et antagonistes qu’une guerre où le seuil de l’usage d’armes nucléaires serait très vite atteint. Ce qui risque fort d’arriver avec la folie des grandeurs de Kiev dont l’objectif réel est de reprendre la Crimée. Non pas pour la réitégrer à l’Ukraine, mais pour offrir à l’OTAN un avantage stratégique recherché depuis la chute de l’ex-Union Soviétique.

Moscou renoncera t-il à la Crimée? Faut pas rêver. C’est une question de vie ou de mort pour la Russie.

 

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Un commentaire

  • Je suis totalement d’accord avec cet article, notamment sur la dissuasion nucléaire tactique. Celui qui gagnera la 3GM sera le premier qui utilisera l’arme nucléaire sur un lieu d’opération non stratégique, ET QUI N’AURA PAS DE PEINE A LE JUSTIFIER DANS LES MEDIAS PARALLELES (INTERNET …).
    En l’occurrence, dans le cas d’une attaque de Kiev contre la Crimée, une telle contre-offensive sur le sol ukrainien serait TOTALEMENT justifiée.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.