Stats

  • 6 351 023 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
29/11/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

La sécurité de la France passe par…le Sahel

Vous l’ignoriez certainement, mais de nos jours les Etats ne se contentent pas de patrouiller le long de leurs frontières (sauf les USA et Israël, bien entendu) afin de repousser les hordes d’extrémistes sanguinaires ou les miséreux; non, tout ceci est bel et bien terminé. Aujourd’hui les garde-frontières patrouillent directement au sein des pays d’origines des tueurs sanguinaires et/ou des miséreux; et si, pour des raisons bassement diplomatiques, de telles maraudes sont inenvisageables qu’à cela ne tienne il sera enclavé au sein d’un dispositif sécuritaire comprenant des drones, des avions de reconnaissance et des commandos. C’est – entre autres – le cas de la Libye et de ses djihadistes et miséreux.

Rappelons qu’afin de lutter contre les extrémistes islamistes qui ravageaient le Nord du Mali Paris avait mis sur pied l’opération Serval en Janvier 2013, et que depuis aujourd’hui, cette même opération vient (officiellement) de prendre fin. Mission accompli? Presque. Car si la menace djihadiste a été, semble-t-il, écartée, elle est encore présente sur la zone sahélienne et doit donc être combattue. A ce titre, le président de la république française – François Hollande – a mis sur pied l’opération « Barkhane » (nom d’une dune en forme de croissant sous l’action du vent. Toute allusion entre la forme de la dune et les viennoiseries de la rue du Cirque serait la bienvenue…).

Voici les déclarations du désormais très médiatique Jean-Yves Le Drian:

« Le président de la République a souhaité qu’il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone » (du Sahel, avec « l’opération Barkhane » dont) « l’objectif est essentiellement du contre-terrorisme »

« Maintenant il y a le souci pour nous et pour les pays de la zone de veiller à ce qu’il n’y ait pas de recrudescence » du terrorisme car « il y a toujours des risques majeurs de développement de jihadistes dans la zone qui va de la Corne d’Afrique à la Guinée-Bissau »

L’opération Barkhane « va se mettre en place dans les jours qui viennent ». « Ca se fait en partenariat avec les cinq pays de la zone sahélo-saharienne, ça fait à peu près 3.000 militaires en tout » ainsi que « des drones, des hélicoptères, des avions de chasse » pour avoir « la réactivité nécessaire », a précisé le ministre de la Défense en soulignant qu’il s’agissait bien d’une « présence durable ».

« Le but, c’est d’empêcher que ce que j’appelle l’autoroute de tous les trafics ne devienne un lieu de passage permanent, de reconstitution des groupes jihadistes entre la Libye et l’océan Atlantique, ce qui entraînerait ensuite des conséquences graves pour notre sécurité. C’est notre sécurité qui est en jeu ! »

Pour ce qui est de l’opération Serval, le ministre de la défense a des mots assez crus; notamment en ce qui concerne le problème djihadiste:

« L’opération contre le terrorisme a été menée à bien, avec une grande efficacité », avec « beaucoup d’élimination » de terroristes « et beaucoup de stocks d’armes repris »

Ceux qui pensaient que l’absence de journalistes qur le terrain se justifiait par la dangerosité de l’adversaire, ceux-là feraient bien de revoir leurs copies. En fait de dangerosité, il me semble que c’est plutôt les militaires français qu’il fallait craindre…

%d blogueurs aiment cette page :