Publicités

Il semble que le gouvernement extrémiste et belliciste de Benyamin Netanyahu s’est enlisé dans un cul-de-sac politique et militaire en décidant d’ordonner une offensive terrestre à Gaza.

Mis à part les destructions et les tueries de civils, la machine de guerre israélienne n’a atteint aucun objectif militaire. La cadence de tir de roquettes par les factions palestiniennes n’a pas été altérée et l’incursion terrestre semble se heurter à des difficultés.

Plus grave est l’absence totale d’objectifs politiques. Malgré une solide machine de propagande relayée dans le monde entier, Netanyahu ne dispose d’aucun programme politique. Il a envoyé son armée hyper-équipée à Gaza mais pour quel objectif ? Militairement, l’état-major israélien vise le démantèlement de la capacité balistique du Hamas et des factions de la résistance palestinienne. Un objectif impossible à atteindre. Politiquement, c’est le néant!

Un véhicule blindé israélien de type Namer, l’un des véhicules blindés les plus protégées au monde, basé sur un châssis de char Merkava 4 a été détruit par un missile antichar Kornet tirés par des combattants palestiniens, lesquels ont réussi à capturer des armes israéliennes. Ce fait résume à lui seul l’absurde de la situation à Gaza.

L’artillerie lourde israélienne bombarde sans retenue le Nord et l’Est de Gaza afin de faire affluer les populations vers le centre de l’enclave. Un jeu macabre de souris de laboratoire. Des civils meurent sous les obus spéciaux et des armes Dime. Cela ne fera qu’engendrer de nouvelles violences.

L’échec d’Israël à Gaza est annoncé. Car il ne suffit pas d’avoir la quatrième armée du monde pour gagner une guerre. Encore faut-il être rationnel et avoir une stratégie politique. Ce qui ne semble pas être le cas avec le gouvernement de malades mentaux de Benyamin Netanyahu.

Véhicule blindé de combat d'infanterie de type Namer , basée sur un châssis de char Merkava IV, entré en service au sein de l'armée israélienne en 2008. Poids: 60 tonnes. Blindage: classifié.
Véhicule blindé de combat d’infanterie de type Namer , basée sur un châssis de char Merkava IV, entré en service au sein de l’armée israélienne en 2008. Poids: 60 tonnes. Blindage: classifié.
Publicités

3 thoughts on “Gaza: un échec israélien annoncé

  1. En effet, Koursk en juillet 1943, ainsi que la bataille du Sinai en octobre 1973 marquèrent l’histoire des conflits, par notamement l’usage intensif du char de bataille.
    Cependant ces deux batailles furent avant tout aerienne, sans oublier l’infanterie et surtout l’artillerie et notement sovietique, les chars ne furent pas l’élément décisif.
    Mais c’est un long débat, on aura l’occasion d’en reparler vous et moi sur le forum de RI. 🙂

    Pour en revenir qui nous préoccupe, il semble qu’à Gaza les chars israeliens brulent comme du papier, et surtout les Merkava- alias Chariot de Dieu, réputés invulnérables, on connait la musique…-.
    En 24 heures 7 chars détruits où hors de combat.
    http://en.alalam.ir/news/1613759
    Bien évidement c’est des chiffres du Hamas, inutile de compter sur Israel pour en reparler, mais je pense que ça doit être au diapason de la situation catastrophique puisque la résistance annonce avoir tué au moins une trentaine de soldats israeliens et probablement bléssé plus d’une centaine
    http://www.presstv.ir/detail/2014/07/20/372091/hamas-lunches-counter-attacks-on-israel/
    Sans compter leur troupes d’élites qui se font dégommer comme des lapins appeurés.
    Même la presse israelienne la plus extrémiste comme celle de Debka reconnait en quelque sorte le fiasco de cette situation.
    Et la suite ? Vont ils pleurnicher pour la énième fois une aide avec intervention directe des USA de la France, du Royaume Uni, sachant que la chair à cannon sera les terroristes d’Al Qaida, Daesh, Ennonsra tous engages aux avant postes contre le Hamas.

    http://debka.com/article/24114/Thirteen-IDF-Golani-soldiers-killed-in-Gaza-at-start-of-urban-stage-of-Israel%E2%80%99s-operation-against-Hamas


    Thirteen IDF Golani soldiers killed in Gaza, at start of urban stage of Israel’s operation against Hamas

    The IDF Golani Brigades lost 13 soldiers in combat with Hamas early Sunday, July 20, in the Gaza Strip district of Shejayia, the military spokesman announced Sunday evening. The unit’s commander, Col. Rosan Aliyan, was seriously injured. The urban stage of the IDF’s Operation Defensive Edge has taken Israel into one of its most perilous wars, launched as Hamas’ rocket barrage against the Israeli population continued without pause.
    After accepting a brief truce, that was requested and then violated by Hamas, Israeli forces went back to the operation begun overnight in the Hamas Sheijaya stronghold, which bristles with large rocket stocks and arms factories and is the site of concealed openings of terrorist tunnels that snake under the border into Israel 2 km away to a point opposite Kibbutz Nahal Oz.
    Still ahead of the Israeli operation, after the troops finish cleansing Shejaiya are similar challenges to dismantle Hamas’ offensive capabilities in another three of their Gaza City strongholds: Shaati, Al Bureij and Nuseirat, before Hamas’ terrorist infrastructure can be said to have been disarmed.

    IDF Chief of Staff Lt. Gen. Benny Gantz praised the Israeli units fighting in the Gaza Strip and pledged they will carry on for as long as necessary, until Israel is safe from Hamas terror. While regretting the loss of Palestinian civilian life, Gen. Gantz held Hamas responsible for the innocent casualties, by forcing them to stay in place in spite of Israel’s warnings to them to escape. Hamas could have provided the population with shelters, schools and hospitals, instead of investing in rockets and tunnels for Israel’s destruction, he said.
    During Sunday, July 20, Israeli commanders rejected, then accepted, a Hamas request relayed via the Red Cross for a three-hour truce for the removal of its dead and wounded from the embattled Shejaiya district. The Palestinians reported 60 dead and 200 injured in Sunday’s battles there.
    The truce was extended by two hours, despite attacks by armed Hamas bands on Israeli troops, in breach of the ceasefire, which was the third Israel had accepted in the 12 days of its Gaza operation.

    Earlier, debkafile reported that the IDF tried to mitigate the bad news from Hamas warfront by releasing it in stages: first, the four soldiers killed Saturday night and later, the 13 Golani fighters.

    The first four were Maj. Amotz Greenberg, 45, from Hod Hashorn and Sgt. Adar Bresani, 20, from Nahariya, were shot dead Saturday when their jeep was attacked by Hamas infiltrators bursting out of a tunnel.

    On the Gaza battlefield, Paratrooper Staff Sgt. Bana Roval, 20, from Holon, was shot dead by a terrorist from another tunnel, and 2nd Lt, Bar Rahav, 21, from Ramat Yishai, was killed by a missile defense system in a nearby tank.
    Hamas is not only bringing its deadly tunnels into play, but also planting small commando units heavily armed with anti-tank rockets across the paths of advancing Israeli armored forces.
    Saturday, those commandos fired 10 anti-tank rockets. Without their Windbreaker armor, many tanks would have been destroyed and the casualty toll much higher.

    However, most of all, Hamas is fighting to save its tunnel system from systematic destruction by IDF demolition teams. This system was designed to be the Palestinian Islamists’ highest strategic asset, comparable in importance to the IDF’s chain of fortifications along the Syrian border.
    Around 16,000 men, around 15 percent of Hamas’ fighting strength, were assigned to the tunnel project in the last five years and substantial funds. The IDF will not be permitted to demolish this flagship project without a savage fight.

    The most important conclusion for Israel’s war planners, from the first days of the ground phase of Israel’s Operation Defensive Edge, is that Hamas is standing firm and not cracking, even under the relentless pounding of their military infrastructure by Israeli artillery and air might, and appears determined to fight on.

    Its commanders believe they can keep going for another 4 to 6 weeks, while also maintaining a steady hail of rockets against the Israeli population.

    This estimate has spurred a major buildup of Israeli military strength for the Gaza operation. Another 50,000 reservists were called up Saturday night and a large number of infantry brigades started moving into the Gaza Strip overnight and will continue to arrive Sunday. The extra forces have made it possible to embark on the second, urban stage of the IDF operation, the breaching of the densely-populated towns.

    A different type of combat lies ahead from the project for destroying tunnels. It is tougher and more perilous. But there is no other way to reach Hamas’ command centers and its longest-range rockets.

    With this mission still unaccomplished, talk of a ceasefire sounds as though it comes from another planet. Hamas feels strong and confident enough to spurn the Egyptian-Israeli ceasefire proposal, which is firmly backed by Saudi Arabia and the United Arab Emirates. Every attempt to sway its political leader Khaled Meshaal, when he was buttonholed in Kuwait, ran into a blank wall. He summarily rejected invitations from Egypt and the Arab League to travel to Cairo and discuss the cessation of hostilities.

    The various international mediation efforts have therefore nowhere to go.

    As far as Hamas is concerned, no incentive has been offered tempting enough to persuade its leaders to give up their predestined war on Israel.
    US Secretary of State John Kerry changed his mind about visiting the region for the second time this month, when the Obama administration decided to stay out of it and let Egypt handle the crisis. UN Secretary General Ban Ki-moon, who scheduled a visit for Saturday, postponed it indefinitely.

    Israel has accordingly won a rare opportunity to deal with Hamas without being stopped short and the enemy saved by international intervention. But although it has wide popular support, this opportunity confronts Israelis with one of the cruelest, costly and drawn-out conflicts in their embattled history.

  2. Il y a quelques jours je voulais répondre à votre précédent article:
    http://strategika51.wordpress.com/2014/07/18/assaut-aerien-naval-et-terrestre-sur-gaza/
    et notament sur la partie concernant le Merkava, mais j’ai attendu de voir que les choses se tassent, pour notament se rendre compte les performances qu’Iron Dome ne sont pas autre choses que du bluff
    Je vous invite à lire ce trés exposé d’un spécialiste dans le domaine
    http://www.technologyreview.com/view/528991/an-explanation-of-the-evidence-of-weaknesses-in-the-iron-dome-defense-system/.
    Par ailleurs le système trophy sensé protéger les Merkava, s’avère bien comme je le présentais n’être que du bluff aussi. La résistance palestinienne a affirmé avoir canardé nombre de chars Merkava, et détruit nombre de véhicules blindés, et probablement plusieur dizaines de tués et de blesses graves.
    http://www.presstv.ir/detail/2014/07/20/372064/palestinians-hit-another-israeli-tank/
    Et je pense que ça n’est pas du bluff de la résistance, il n’y a qu’à voir les atternoiements de la direction israèlienne et se rendre compte que les USA font tout leur possible pour amener à un cessez le feu. Ce coup ci c’est Israèl qui le cherche désespérement, et le Hamas n’en veut pas.

    . D’une manière générale un char ne peut être éfficace que contre un autre char, -où comme l’ont fait brillament et avec zèle les armées US et israeliennes- contre des civils désarmés. L’étude détaillée des conflits précédents montre que l’usage du char ne peut se concevoir que dans la mesure où la/les partie(s) qui l’utilisent ont une supériorité aerienne écrasante et de plus en plein champs de bataille, c’est à dire explicitement en zone non urbaine. Le déclin du Blitz -et donc du char- est apparu des la bataille de Moscou hiver 1941. La guerre d’octobre 1973 a accéléré le déclin du char de combat.
    Durant la campagne du Liban en 1982, c’est les syriens et non le Hezbollah qui ont mis définitivement fin à la suprématie du char de combat.
    Je vous invite à lire cet exposé trés interressant d’un trés grand spécialiste Tom Cooper
    http://www.acig.info/CMS/index.php?option=com_content&task=view&id=207&Itemid=47

    Le Hezbollah en 2006 a tout simplement appliqué la doctrine syrienne via l’utilisation de missile anti char sophistiqué où pas.
    Ce que m’a confirmé un ami qui a été un spécialiste dans l’infanterie c’est le fait que même la vieille RPG-7 -lance roquette conçu il y a plus de 60 ans- est apte -s’il est utilisé comme il faut et quand il faut, par un personnel hautement qualifié- à détruire n’importe quel char aujourd’hui. Les exemples vidéos ne manquent pas il suffit d’aller sur Internet et voir. C’est l’une des raisons qui font que le char actuel de bataille n’a aucun avenir, qu’il soit T-72, T-62, Merkava, M1 Abrams, char Leclerc, T-90 etc…L’avenir c’est peut être les nouveau chars volats tel que les hélicoptères Tigre, Mil 24, Apacha AH 64, Mil Mi 28, Ka 50 etc..
    Pour revenir à ce conflit il semble que les chars sont entrain d’être détruit les uns aprés les autres
    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/333621-la-r%C3%A9sistance-a-an%C3%A9anti-un-char-%C2%AB-merkava-%C2%BB-du-r%C3%A9gime-sioniste

    Merkava où pas, et ne comptez pas sur le régime sionniste pour confirmer ce genre d’infos. Cette guerre si elle n’est pas gagnée par Israèl sera une catastrophe, parce qu’elle mettre définitivement un terme à un vieux mythe complétement stupide genre 4° armée du monde, mythe de l’invicibilité, ainsi que bien d’autres salades machées à l’infini par les médias mondiaux. Elle nous montre oh combien l’armée d’Israèl est une armée trés médiocre, voir trés faible malgrés le fait qu’elle est aidée par tout le monde occidental. Un coup d’oeil sur le passé, et sur les guerres montre facilement que la réputation de cette armée est surfaite -à l’instar de l’armée US-, et qu’à 2 occasions l’entité sionniste a failli disparaître si ce n’était l’aide illimitée fournie par les US et le reste du monde occidental. Aujourd’hui cette campagne de gaza démontre cette évidence. Alors offensive de grande envergure pour détruire une bonne fois pour toute le Hamas ? Comme ce que fanfaronnent les médias du système ?
    Il convient de s’interresser à la campagne française et US en Irak et Afghanistan. En Afghanistan sur 2.000 soldats français engagés, on relève prés de 4.000 blessés trés graves, quand je dis trés grave, je fais allusion à la perte d’un membre c’est à dire amputation d’un bras, une jambe, une main, la perte d’un oeil. Si ces blessures sont enterrés dans les méandres des statistiques rassurantes pour guerriers de salon tel que les bobos, et autre philosophe autoproclamés. Il n’en demeure pas moins que pour le soldat qui subit ce genre traumatisme c’est mille fois pire qu’une condamnation à mort. Je ne parle pas de ceux qui sont atteints de traumatismes et autres maladies du cerveaux ce qui est tout aussi invalidant.
    Que dire de l’engagement de l’armée US et ces dizaines voir centaines de milliers de blessés trés gravements atteints.

    Es ce à dire qu’Israel est pret à payer ce prix ? Rien n’est moins sure, surtout de cette armée d’operettes qui ne brille qu’en pleurnichant une aide extérieur qui devient mondial, par contre qui sait canarder avec un zèle cruel et barbare des civils sans défence
    Il serait douteux qu’Israèl ose, comme je le dis toujours Israel se lancera dans une guerre contre le Hezbollah, l’Iran, la Syrie, et maintenant Gaza que si et seuleument si de la chair à cannon arabe soit devant, et malheureusement on peut compter sur la détermination de beaucoup sois disant chefs religieux pour pousser des musulmans à se sacrifier, un peu comme les gangsters de Daesh, Ennosra etc…

    PS: désolé pour la longueur du message.

    1. Bonjour Foxhound,

      Certes la bataille de Moscou a montré les limites des chars (surtout en zone urbaine, on est bien d’accord), mais celle de Koursk à montré leur potentiel…

      Pour en revenir à la destruction des chars, si je me souviens bien des « cours » théorique sur le sujet (lors de mon passage sous les drapeaux), le point à viser est situé entre le châssis et la tourelle, mais il y a bien plus simple, les chenilles. Si le char vient à décheniller en pleine bataille urbaine, les mécanos ne seront pas nombreux à vouloir le réparer… Certes il pourra éventuellement être remis sur chenilles plus tard, mais surtout il sera inopérant sur le champs de bataille durant un bout de temps. Et pour en arriver à ce résultat, un RPG suffit amplement.

      Je ne sais pas si vous connaissez « La Bête de Guerre », film sur la guerre russe en Afghanistan, mais c’est exactement le même scénario.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :